compteur CFTC

Compteur pour blog gratuit

Archives CFTC

Calendrier CFTC

décembre 2016
L Ma Me J V S D
« nov    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Wikipédia

Activité du site

WooRank of cftcchsa.blogvie.com

CFTC CHSA

Compteur de visiteurs en temps réel

Jouer sur prizee

Jeux Gratuits et Cadeaux !

Votez

Trafic Booster

Météo

météo Maubeuge

Souvenir : J’appuie au 7ème étage, le plus haut…

décembre 8th, 2016 by cftcchsa

avec-j-voisin-copy.JPG

C’était à Poitiers, au Congrès Confédéral CFTC, c’était en novembre 2011. La CFTC avance une avalanche de propositions pour défendre la personne humaine contre les lois des marchés financiers, parmi lesquelles on relève : le développement durable et la traçabilité sociale et écologique, le renforcement du rôle des représentants du personnel, le tiers des postes de conseils de surveillance pour des salariés, le chèque-formation, la généralisation de la participation aux bénéfices (partagés en trois tiers), la portabilité des droits, la création du 5ème risque de la Sécurité sociale pour la dépendance, l’interdiction des licenciements boursiers, la création dans chaque entreprise d’un fonds de pro visionnement pour risque social, des états généraux de la fiscalité après les élections.

Pour voir l’ambiance : https://www.youtube.com/ (mettre le son)

La CFTC est la première organisation nationale à proposer une autre voie syndicale que celle fondée sur les analyses marxistes ou anarcho-syndicalistes.

Valeurs et identité

La CFTC favorise la négociation, la discussion, jusqu’à la médiation avant toute action plus revendicative. Pour cette organisation, la grève n’est que l’ultime solution lorsque tous les autres moyens n’ont pas donné satisfaction. La CFTC est le syndicat constructif.

Parmi ses chevaux de bataille, la CFTC insiste sur le fait que la vie ne se limite pas au travail. Cette valeur est et a été à la base de nombreux combats, de la mise en place des allocations familiales par exemple jusqu’à la défense du repos dominical en tant que journée commune à la plupart des citoyens pour la vie de famille, les loisirs, le sport, l’engagement bénévole, etc. Pour la CFTC, la société ne doit pas se limiter à la consommation.

La CFTC veut mettre le travailleur au centre de sa vie, le rendant acteur au maximum de ses choix et de son avenir lorsque cela est possible. Pour ce faire, elle préconise que les parcours soient sécurisés pour que chacun puisse vraiment faire des choix, sans subir une situation ou un système. Dans le même ordre d’idées, l’organisation syndicale laisse une grande liberté aux syndicats qui la composent, conscients qu’ils sont plus au fait de la réalité pour défendre sur le terrain les travailleurs. C’est ce qu’elle appelle le principe de « subsidiarité ». Cela ne l’empêche pas de rappeler à l’ordre, voire de mettre sous tutelle certaines organisations.

La CFTC s’affirme indépendante de tout parti et de toute organisation. Pour elle, la référence au christianisme s’entend comme attachement à la doctrine sociale chrétienne (solidarité, fraternité, justice sociale…), pas comme une identité confessionnelle. Les adhérents ne sont pas forcément chrétiens mais se retrouvent dans les valeurs prônées par la CFTC.

Conseil confédéral


Strasbourg, octobre 2008 : Membre désigné par l’Union Régionale59/62 : Jean pierre DROMBOIS

Poitiers, novembre 2011 : Membre élu : Jean pierre DROMBOIS

Vichy, novembre 2015 : Fin des mandats nationaux de Jean pierre DROMBOIS (je passe la main…)

Actuellement, membre de la Commission de vérification des mandats au niveau national.

Posted in Actualité | Réagir »

Et vous, vous en pensez quoi ?

décembre 8th, 2016 by cftcchsa

tract-violence-cftc-copier-2.JPG

Posted in Informations CFTC, Actualité, Tracts, CAPL, CHSCT, CTE, Positions CFTC | Réagir »

Des ateliers pour bien se préparer avant la chirurgie bariatrique

décembre 8th, 2016 by cftcchsa

En janvier, la Polyclinique du val de Sambre ouvre des ateliers destinés à préparer les patients obèses déterminés à se faire opérer. Une approche pluridisciplinaire, indispensable à la chirurgie bariatrique que l’établissement de santé compte développer.

Pour qui ?

La chirurgie bariatrique vise à restreindre l’absorption des aliments afin de diminuer l’absorption des calories. Elle n’est pas accessible à tous. C’est une évidence qui mérite toutefois d’être écrite : se faire opérer pour remédier à des problèmes d’obésité nécessite de répondre à des critères médicaux incontournables. Première condition, sine qua non  : avoir un indice de masse corporelle (1) supérieur à 40 ou à 35 si l’on est, de surcroît, atteint d’autres pathologies telles hypertension, diabète, apnée du sommeil pouvant augmenter les risques de mortalité… «  L’obésité doit par ailleurs évoluer depuis plusieurs années et être résistante aux traitements médicaux  », précise encore le Dr Bivoleanu, chirurgien bariatrique à la Polyclinique du val de Sambre. En clair, cette chirurgie s’adresse aux patients qui n’ont «  pas répondu à des mesures diététiques  », précise Clémence Trentesaux, la diététicienne.

Enfin, la psychologue Isis Sepieter s’assure de son côté qu’il n’y a «  pas de contre-indications psychologiques ou psychiatriques  ».

Un traitement de longue durée

La décision doit être mûrement réfléchie et, surtout, médicalement justifiée (lire ci-dessous). Toutes les personnes obèses envisageant de se faire opérer doivent d’abord en passer par une période d’évaluation préalable de «  six mois minimum  », insiste le Dr Bivoleanu, chirurgien bariatrique à la Polyclinique du val de Sambre. Sans garantie d’arriver au bout de la démarche. «  Sur les patients que je vois, évalue le spécialiste, un tiers est opéré, en moyenne.  »

« L’opération est un outil à la perte de poids » 

Le chirurgien, arrivé à Maubeuge depuis quelques mois après avoir exercé un temps à Fourmies, commence tout juste à opérer ses premiers patients à la Polyclinique du val de Sambre. Selon les techniques, l’opération dure d’une heure à deux-trois heures avec une hospitalisation de trois à six jours. «  L’obésité est vraiment considérée comme une maladie nécessitant un traitement de longue durée, avec une prise en charge multidisciplinaire  », insiste le Dr Bivoleanu. Outre le bilan médical, regroupant l’avis de plusieurs spécialistes, le patient doit aussi s’engager dans une véritable préparation.

Se préparer

trop-gros.jpgLe D r Bivoleanu avec (de gauche à droite) A. Caet, directrice des soins ; I. Sepieter, psychologue, et C. Trentesaux, diététicienne.

«  L’opération est un outil à la perte de poids  », avertit Clémence Trentesaux, diététicienne. «  S’il n’y a pas de suivi, souvent dans les deux ans, il peut y avoir reprise.  » Isis Sepieter, sa collègue psychologue acquiesce. Le suivi post-opératoire est un classique. Mais l’équipe médicale de la Polyclinique a voulu aussi proposer, avant l’acte chirurgical, des ateliers bariatriques. Une prise en charge globale qui pourrait un jour permettre à l’établissement d’être labellisé. Le premier atelier se tiendra le 12 janvier. Neuf autres suivront. Des séances de deux à trois heures, tous les quinze jours. Un même groupe de dix personnes maximum pour chaque session complète.

«  La chirurgie traite le symptôme, mais pas les causes qui sont multifactorielles, fonction de l’éducation, de l’hygiène de vie, des émotions…  » Isis Sepieter voit là l’occasion d’ouvrir le dialogue avec et entre les patients, d’anticiper, aussi, la transformation du corps que la perte de poids induira. «  Nous travaillons, par exemple, sur la notion de satiété, explique Clémence Trentesaux, savoir quand on peut s’arrêter de manger…  » Autant de changements à vie qu’il faut être prêts à assumer et à maintenir. Et auxquels il faut se préparer en posant toutes les questions. «  Les thèmes évolueront aussi en fonction des besoins exprimés par les patients  », assurent les deux jeunes femmes. De l’éducation thérapeutique destinée à accroître les chances de réussite.

(1) L’IMC s’obtient en divisant son poids (en kg) par sa taille (en mètre) au carré. D’après l’Office mondial de la santé, un individu est estimé de corpulence normale quand son IMC est entre 18,5 et 24,9. En dessous de 18,5, on parle de maigreur et de dénutrition ; à partir de 25, on parle de surpoids, l’obésité commençant à 30.

La voix du Nord…

Posted in Actualité, Article presse | Réagir »

mesure clés du budget de la Sécu pour 2017

décembre 8th, 2016 by cftcchsa

Encore des économies pour l’hôpital

Avec ce PLFSS, le gouvernement se donne pour but un quasi retour à l’équilibre des comptes de la Sécu. Cet objectif est d’autant plus ambitieux qu’il annonce en parallèle un relèvement de 1,75% à 2,1% des prévisions nationales de dépenses d’assurance maladie (Ondam). Pour y arriver, 4 milliards d’euros d’économies sont donc à l’ordre du jour. Les hôpitaux, déjà sous forte tension, sont à nouveau sollicités. Le ministère compte principalement sur le développement des Groupements hospitaliers de territoire (GHT) pour réaliser des économies d’échelle et le développement du virage ambulatoire. Il parie aussi sur la baisse des tarifs des radiologues et des biologistes. Des mesures seront également prises pour mieux contrôler les prix des médicaments destinés à certains malades en phase terminale. Le ministère compte également sur le développement des génériques et la baisse des tarifs des dispositifs médicaux.

ministre-sante.jpg

Le Figaro….

Posted in Actualité, Article presse | Réagir »

Noël arrive, la CFTC rêve aussi , regardez…

décembre 7th, 2016 by cftcchsa

bok-cftc-fetes.jpg

Et oui,” pourquoi pas rêver en cette période”

Un élan vers nous…. Vous serez pas déçu…

Posted in Actualité, Informations CFTC, Tracts, Positions CFTC | Réagir »

Souvenir en tête… Merci Patrick…………….

décembre 7th, 2016 by cftcchsa

beillant1.jpg

beillant-1.JPG

Hochart Alain et moi-même (JP Drombois) pensons souvent à lui.

Joëlle, si tu sens l’envie de nous voir, pas de souci, au contraire, téléphones nous !

Posted in Actualité, Positions CFTC | Réagir »

L’Ordre des sages-femmes publie son livre blanc

décembre 7th, 2016 by cftcchsa

Le Conseil national de l’ordre des sages-femmes a publié ce 6 décembre son livre blanc pour 2017. Intitulé “Innover pour la santé publique avec les sages-femmes”, il regroupe douze propositions. Prévention dès le plus jeune âge, création d’états généraux pour la santé des femmes ou encore d’un observatoire européen de la profession sont évoquées.

État des lieux

Le livre blanc du CNOSF propose en préambule un état des lieux de la profession et notamment de ses modes d’exercices. Ouvert aux hommes depuis 1982, le métier reste majoritairement féminin : il compte 97,5% de femmes dans ses rangs. Leur moyenne d’âge est de 40 ans. 51% d’entre elles évoluent au sein de la fonction publique hospitalière. 6 224 sages-femmes exercent en libéral, soit 28% des sages-femmes actives. Cet exercice a été multiplié par deux entre 2007 et 2014.

Pour lire la suite :

Posted in Actualité, Informations CFTC, Article presse | Réagir »

PPCR et agents contractuels

décembre 7th, 2016 by cftcchsa

Texte de référence :

Question écrite n° 21663 publiée dans le JO Sénat du 5 mai 2016 – Application du projet de modernisation des parcours professionnels aux agents non titulaires

PPCR et agents contractuels

La question écrite n° 21663 du 5 mai 2016 interpelle la ministre de la Fonction publique sur l’application du projet de modernisation des parcours professionnels aux agents contractuels.

Les agents contractuels ne bénéficient pas, à proprement parler, d’une « carrière ». Les réformes statutaires engagées dans la fonction publique, notamment celles liées à la carrière, se rapportent de ce fait aux seuls fonctionnaires. La dernière réforme en cours, relative aux « parcours professionnels, carrières et rémunérations », suit la même logique et concerne donc, dans la fonction publique territoriale, les seuls fonctionnaires territoriaux. Des mesures propres aux agents contractuels ont toutefois été adoptées récemment afin de leur garantir un meilleur parcours professionnel. Ainsi, outre la prolongation de deux années du dispositif d’accès à l’emploi titulaire mis en place par la loi n° 2012-347 du 12 mars 2012, la loi du 20 avril 2016 relative à la déontologie et aux droits et obligations des fonctionnaires a étendu aux agents en contrat à durée déterminée l’évolution, tous les trois ans, de leur rémunération, mesure qui jusqu’alors était réservée aux seuls agents en contrat à durée indéterminée.

Posted in Positions statutaires, Actualité, Informations CFTC, Article presse | Réagir »

Retraites des fonctionnaires :

décembre 7th, 2016 by cftcchsa

il faut poursuivre les réformes.

Dans un rapport publié en octobre 2016, la Cour des comptes analyse les régimes spécifiques de retraite des fonctionnaires en portant une attention particulière aux retraites des fonctionnaires territoriaux.

Malgré l’existence de trois fonctions publiques (État, collectivités territoriales et hospitalière), les pensions de retraite des fonctionnaires relèvent uniquement de deux régimes : l’un pour les fonctionnaires d’État (service des retraites de l’État) et l’autre pour les agents des établissements hospitaliers et des collectivités locales (Caisse nationale de retraite des agents des collectivités locales). Les réformes significatives mises en œuvre depuis 2003 rapprochent progressivement ces régimes de ceux des salariés du secteur privé. C’est le cas sur les points majeurs suivants : taux de remplacement des pensions par rapport aux rémunérations d’activité et âges de départ. Le système de retraite connaîtra un besoin de financement sur les vingt-cinq prochaines années. Un document de travail du COR (conseil d’orientation des retraites) du 15 avril 2015 indique que les projections pour les années 2015 à 2040 conduiront à un déficit du système de retraite.

retraite-603×312.jpg

Seuls les fonctionnaires titulaires sont affiliés à la Caisse nationale de retraite des agents des collectivités locales (CNRACL) ou au régime des pensions de l’État. Les agents contractuels sont affiliés au régime général de la Sécurité sociale et à l’IRCANTEC. Les ouvriers des établissements industriels de l’État disposent d’un régime spécial qui leur est propre. Les régimes de retraite concernent aujourd’hui « 3,8 millions de fonctionnaires civils en activité et près de 3 millions de pensionnés de droit direct et de droit dérivé ». Ils sont confrontés à une dégradation continue du rapport démographique au sein des trois fonctions publiques.

Des objectifs communs à l’ensemble des régimes de retraite ont été fixés par la loi du 20 janvier 2014 garantissant l’avenir et la justice du système de retraites. Ils sont au nombre de quatre : assurer la pérennité financière, permettre une solidarité entre les générations, offrir aux assurés un traitement équitable au regard de la durée de la retraite comme du montant de leur pension, et assurer aux retraités le versement de pensions en rapport avec les revenus qu’ils ont tirés de leur activité. Sur la période 1990-2014, la croissance annuelle moyenne du nombre des retraités a été de 4,4 % pour la CNRACL contre 2,7 % pour la Fonction publique d’État civile.

La dégradation du rapport démographique des agents territoriaux, résultante de la dégradation des régimes de retraite, provient principalement de deux facteurs : le dynamisme des effectifs jusqu’à une date récente et l’intégration des agents de l’État transférés aux collectivités territoriales (conseils régionaux et généraux) dans le cadre des lois de décentralisation. Entre 1990 et 2014, les cotisations perçues par la CNRACL ont presque quadruplé (+ 5 % d’augmentation annuelle en moyenne). Malgré cela, l’équilibre financier de la CNRACL est précaire et ses comptes ont été déficitaires treize fois au cours des vingt-cinq dernières années.

Les deux régimes de retraite de la fonction publique gardent leurs spécificités

en portant une attention particulière aux retraites des fonctionnaires territoriaux.

Malgré l’existence de trois fonctions publiques (État, collectivités territoriales et hospitalière), les pensions de retraite des fonctionnaires relèvent uniquement de deux régimes : l’un pour les fonctionnaires d’État (service des retraites de l’État) et l’autre pour les agents des établissements hospitaliers et des collectivités locales (Caisse nationale de retraite des agents des collectivités locales). Les réformes significatives mises en œuvre depuis 2003 rapprochent progressivement ces régimes de ceux des salariés du secteur privé. C’est le cas sur les points majeurs suivants : taux de remplacement des pensions par rapport aux rémunérations d’activité et âges de départ. Le système de retraite connaîtra un besoin de financement sur les vingt-cinq prochaines années. Un document de travail du COR (conseil d’orientation des retraites) du 15 avril 2015 indique que les projections pour les années 2015 à 2040 conduiront à un déficit du système de retraite.

La dégradation continue du rapport démographique génère des difficultés financières

Seuls les fonctionnaires titulaires sont affiliés à la Caisse nationale de retraite des agents des collectivités locales (CNRACL) ou au régime des pensions de l’État. Les agents contractuels sont affiliés au régime général de la Sécurité sociale et à l’IRCANTEC. Les ouvriers des établissements industriels de l’État disposent d’un régime spécial qui leur est propre. Les régimes de retraite concernent aujourd’hui « 3,8 millions de fonctionnaires civils en activité et près de 3 millions de pensionnés de droit direct et de droit dérivé ». Ils sont confrontés à une dégradation continue du rapport démographique au sein des trois fonctions publiques.

Des objectifs communs à l’ensemble des régimes de retraite ont été fixés par la loi du 20 janvier 2014 garantissant l’avenir et la justice du système de retraites. Ils sont au nombre de quatre : assurer la pérennité financière, permettre une solidarité entre les générations, offrir aux assurés un traitement équitable au regard de la durée de la retraite comme du montant de leur pension, et assurer aux retraités le versement de pensions en rapport avec les revenus qu’ils ont tirés de leur activité. Sur la période 1990-2014, la croissance annuelle moyenne du nombre des retraités a été de 4,4 % pour la CNRACL contre 2,7 % pour la Fonction publique d’État civile.

La dégradation du rapport démographique des agents territoriaux, résultante de la dégradation des régimes de retraite, provient principalement de deux facteurs : le dynamisme des effectifs jusqu’à une date récente et l’intégration des agents de l’État transférés aux collectivités territoriales (conseils régionaux et généraux) dans le cadre des lois de décentralisation. Entre 1990 et 2014, les cotisations perçues par la CNRACL ont presque quadruplé (+ 5 % d’augmentation annuelle en moyenne). Malgré cela, l’équilibre financier de la CNRACL est précaire et ses comptes ont été déficitaires treize fois au cours des vingt-cinq dernières années.

Les deux régimes de retraite de la fonction publique gardent leurs spécificités

La réforme des retraites du 21 août 2003 induit un allongement de la durée du travail afin d’obtenir le pourcentage maximum de liquidation (75 %). La durée de services et bonifications a été augmentée de deux trimestres par an dans les secteurs public et privé. Il faut désormais 160 trimestres et non plus 150 pour les pensions liquidées à partir de 2008. La réforme de 2003 a aussi modifié le calcul de la pension dans les régimes de la fonction publique en instaurant une décote. La décote diminue le montant de la pension dès lors que l’assuré demande la liquidation de sa retraite avant un âge donné ou ne dispose pas d’une durée d’assurance (tous régimes) suffisamment longue.

La loi de 2003 introduit aussi dans les régime de retraite des fonctionnaires un coefficient de majoration (surcote) qui permet d’accroître le montant de la pension en proportion du nombre de trimestres d’assurance accomplis au-delà de la durée nécessaire pour obtenir une pension au taux plein et au-delà de l’âge d’ouverture des droits. La réforme de 2003 a également prévu l’indexation des pensions sur l’indice des prix à la consommation, comme pour le régime général. Pour les fonctionnaires, le traitement de référence retenu pour la liquidation demeure le traitement brut indiciaire correspondant à l’emploi effectivement détenu depuis au moins six mois au moment de la cessation de service (pour le privé c’est la moyenne des 25 meilleurs salaires).

Les pensions de retraite des agents des trois fonctions publiques constituent un enjeu important pour les finances publiques. C’est l’une des raisons pour laquelle la gestion des régimes de retraite de la fonction publique connaît des efforts importants de modernisation ces dix dernières années. Les objectifs étaient d’atteindre une plus grande efficience et de maîtriser les coûts de gestion. Malgré cela, les régimes de retraite de la fonction publique continuent de représenter une charge lourde sous l’effet des avantages spécifiques dont bénéficient certaines catégories de fonctionnaires et de la dégradation démographique.

La réduction du déficit annoncé passera obligatoirement par une nouvelle augmentation des taux de cotisation salariés et patronaux, qui progresseront au total de pratiquement 15 % dans la fonction publique territoriale. Ce nouvel effort financier sera dur à supporter pour les salariés et les collectivités, à qui il est demandé un nouvel effort conjoint pour pouvoir préserver un acquis social, condamné à disparaître faute de financement.

Source : Les pensions de retraite des fonctionnaires. Des évolutions à poursuivre, Cour des comptes, 2016

Posted in Bon à savoir, Retraites, salaires, Informations CFTC, Article presse | Réagir »

CHSCT extraordinaire le 15 décembre

décembre 6th, 2016 by cftcchsa

Suite à un nouveau DGI (danger grave et imminent) un CHSCT est programmé le 15 décembre 2016 à 9 heures pour :

Médecine interne ! Seul point à l’ordre du jour.

images-chsct.jpg

Posted in Actualité, CHSCT | Réagir »

« Posts précédents



Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 6154 articles | blog Gratuit | Abus?