compteur CFTC

Compteur pour blog gratuit

Archives CFTC

Calendrier CFTC

mars 2012
L Ma Me J V S D
« fév   avr »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Wikipédia

Activité du site

WooRank of cftcchsa.blogvie.com

CFTC CHSA

Compteur de visiteurs en temps réel

Jouer sur prizee

Jeux Gratuits et Cadeaux !

Votez

Trafic Booster

Météo

météo Maubeuge

Ordre infirmier : arrêtons les frais ! Au bout de la route ! on y arrive !

mars 23rd, 2012 by cftcchsa

Le Ministre remet enfin les choses au point :Xavier Bertrand demande ainsi à l’ordre de “suspendre l’action de l’organisme mandaté pour opérer le recouvrement des cotisations ordinales de l’année 2011″. Le ministre écrit en effet que le ton de cet appel à cotisation est “comminatoire” et “tout à fait inadapté“. S’il reconnaît “les efforts de restructuration entrepris par l’ordre, notamment pour réduire ses frais de fonctionnement”, il ajoute que l’instance doit “d’abord et avant tout se faire accepter du plus grand nombre et ne pas se constituer contre les infirmiers et les infirmières…”.

Pour télécharger le tract :

Pas contre, mais reconnait une connerie d’avoir penser que la défense de la profession passer par un ordre ?

L’ordre sera t-il présent au Conseil de discipline en cas de problème, non la CFTC sera présente, pas eux…

Encore une ou deux marches et le Gouvernement comprendra son ineptie (ils  l’ont compris) mais la marche en arrière est difficile dans ce milieu…

Posted in Infirmières LMD, Actualité, Informations CFTC, Positions CFTC | Réagir »

Il était une fois deux frères : Yaya et Saïd Amer Ouali

mars 23rd, 2012 by cftcchsa

La Voix des Sports  Saïd en bleu, Yaya en blanc. Deux frères mus par la passion du judo.

Saïd en bleu, Yaya en blanc. Deux frères mus par la passion du judo.

Salah Amer Ouali a eu trois enfants. L’aîné, Yaya, est né à Jeumont en 1977.

Les frères Amer Ouali gravissent les échelons, suivant le modèle d’un père qui leur avait appris que tout devait être fait à fond ou pas du tout. Tous deux nourrissent la même passion pour le combat et la compétition. En parallèle, Yaya devient aide-soignant en psychiatrie et Saïd monte son entreprise en électrotechnique.

Yaya se classe 1er aux inter-régions (-81 kg) en 2004, accède au championnat de France 1re division de Paris et termine 3e au tournoi de New-York. Le déclic ! Il revient à l’AJ 59 en 2005, et depuis, participe aux championnats de France. En février, Yaya se classe 3e du tournoi international de Soissons et obtient sa qualification pour le championnat d’Europe par équipe avec Mons, club belge dans lequel il est aussi licencié depuis 10 ans.

Alors, ce 15e tournoi de Maubeuge ? « J’ai 35 ans et ce ne sera pas un objectif en soi » déclare Yaya, qui combattra en - 90 kg. « Je cible plutôt les interzones (le 5 mai dans le Doubs). »

La CFTC te soutient, Allez YAYA…

Posted in Actualité, Article presse | Réagir »

Position CFTC - Ordre Infirmier : Il serait temps d’arrêter les frais…

mars 23rd, 2012 by cftcchsa

La pompe à fric

Vous êtes de nombreuses infirmières à nous téléphoner au sujet des courriers qui vous arrivent en vous faisant injonction de régler une inscription à l’ordre infirmier, sous peine d’être assignées au tribunal.
La CFTC vous rappelle qu’elle a toujours été opposée à la création d’un ordre infirmier totalement inutile, redondant et rejeté par 86% des 517 000 professionnels…

 

 

Posted in Infirmières LMD, Actualité, Informations CFTC | Réagir »

Dépassements d’honoraires : déclaration commune des organisations syndicales et de la Mutualité Française

mars 23rd, 2012 by cftcchsa

Dans un contexte d’aggravation du renoncement aux soins lié au désengagement de l’assurance maladie, les organisations syndicales de salariés et la Mutualité Française expriment leur désaccord avec les textes réglementaires publiés aujourd’hui et appellent le gouvernement à engager une action résolue contre les dépassements d’honoraires

A l’heure où les dépassements d’honoraires médicaux représentent un coût de 2,5 milliards d’euros, soit un doublement en euros constants en vingt ans et où le renoncement aux soins concerne plus de 20% de nos concitoyens, le gouvernement a clairement fait le choix de légitimer la logique inflationniste des dépassements d’honoraires.

Les organisations syndicales de salariés, CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, Force ouvrière, FSU, Unsa et la Mutualité Française dénoncent cette dégradation générale et continue de l’accès aux soins.

Le renforcement de l’option de coordination aujourd’hui décidé par le gouvernement n’est pas une solution au problème de la multiplication des dépassements. Ce dispositif va à l’encontre du but recherché car il n’intéresse pas les spécialistes qui pratiquent les dépassements d’honoraires les plus importants, tandis qu’il constitue un effet d’aubaine pour les autres.

Par ailleurs, en obligeant les organismes complémentaires à prendre en charge les dépassements d’honoraires le gouvernement aggrave les inégalités d’accès aux soins et fragilise à nouveau notre système de santé :

  • en renchérissant le montant des cotisations des complémentaires ;
  • en pénalisant davantage les personnes n’en bénéficiant pas.

Il est donc nécessaire, dans ce contexte, de privilégier :

  • un strict encadrement des dépassements d’honoraires comme première mesure d’urgence pour aller vers une réelle opposabilité des tarifs pratiqués par les professionnels de santé ;
  • l’ouverture immédiate de négociations avec l’ensemble des acteurs concernés pour fixer une juste rémunération des actes médicaux, condition à cette opposabilité afin de répondre avant tout à l’intérêt des patients.

Devant l’accroissement des difficultés d’accès aux soins, les organisations syndicales de salariés, CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, Force ouvrière, FSU, Unsa et la Mutualité Française souhaitent agir pour la mise en œuvre de solutions conformes aux valeurs de solidarité et d’universalité de notre système de sécurité sociale et plus largement de protection sociale et appellent les candidats à la présidentielle à placer la santé et la sécurité sociale au cœur du débat public.

Posted in Actualité, Informations CFTC, Positions CFTC | Réagir »

DECLARATION PROFESSION SAGE – FEMME

mars 23rd, 2012 by cftcchsa

La fédération CFTC Santé Sociaux n’a jamais relâché la négociation depuis
le conflit des années 2000-2001, dont les résultats ont laissé la profession
au milieu du gué.
L’exercice professionnel de sage-femme est au centre de l’activité entre l’exercice des
médecins et les équipes des services : puéricultrices, IDE, psychologues, assistante
sociale, auxiliaire de puériculture et AS-ASH.
Lors des concertations sur le LMD, les sages-femmes furent mises de côté. La CFTC
réclamait un Doctorat maïeutique sage-femme avec des règles professionnelles
clairement établies afin de garantir à la profession un cadre juridique.
Pour achever la réforme du début des années 2000, il fallait mettre en place une véritable
intégration universitaire des écoles de sages-femmes sous la responsabilité de leurs pairs
avec comme objectifs les formations initiales et continues et le développement
professionnel par la recherche. Nous considérons à la CFTC que l’on doit créer une vraie
harmonie de prise en charge des femmes enceintes ou non et celles des nouveaux nés
jusqu’à un âge à déterminer.
- Une révision du statut des enseignants est à revoir et particulièrement au niveau
universitaire.
- Sur le plan social, pour les étudiants (es), l’accès au logement, au transport, au
CCROUS doivent être accessibles comme pour les autres étudiants.
Dans l’exercice professionnel, cette évolution de formation doit clarifier le champ d’action
autour de la prévention, du dépistage, des droits de prescription ainsi que le
renouvellement de certaines prescriptions.
La sage-femme est juridiquement responsable de son diagnostic et de ses actes.
Toutefois, en lien avec sa formation initiale, la qualité et la sécurité mère/enfant reposent
sur la coordination professionnelle de toute l’équipe composant le pôle ou le service de
maternité.
Tout transfert de compétence doit être précédé d’une formation.
Dans le cadre de l’harmonie de suivi, les sages-femmes à l’hôpital tout comme en libéral
doivent avoir accès au DMP. L’information aux mères doit relever du médecin et de la
sage-femme et quand cela le nécessite, avec tact et précaution.
- La population de notre pays est croissante, il serait important d’augmenter le
numerus - clausus, en tenant cpte de la pyramide des âges des sages femmes et
des besoins réels de leurs champs de compétence.
- Le suivi gynécologique est insuffisant. La profession demande la reconnaissance
de la pertinence des actes sage-femme dans le suivi gynécologique.

- La CFTC défend une durée moyenne de séjour du couple mère-enfant de 3 à 5
jours, variable selon la situation clinique.
Le suivi par des sages-femmes au domicile était prévu jusqu’au 12ème jour postnatal,
il est souhaitable de développer davantage le relais par des sages-femmes
libérales ou d’HAD, en sortie de structure hospitalière.
- Dans son activité sage-femme, la visite du 4ème mois ne suffit pas à optimiser un
suivi globalisé mère-enfant, il faut renforcer le suivi chaque mois de la grossesse
par les sages-femmes.
- La place de la France dans le classement OMS concernant la mortalité infantile
(20ème rang) est très critiquée, c’est pourquoi la CFTC propose la constitution de
réseaux périnataux coordonnés par une sage-femme. Ce réseau serait constitué de
sages-femmes, de gynéco-obstétriciens, d’échographistes, de psychologues et
d’assistants-sociales : comme cela existe déjà sur certains territoires, l’exercice
professionnel pourrait se dérouler dans les cabinets libéraux sages femmes, les
maisons médicales voire les établissements de santé.
Ce réseau permettrait d’orienter, à tout moment de la grossesse, la femme enceinte
en fonction des facteurs de risques ; si la grossesse se déroule normalement, la
femme sera suivie par le professionnel dont c’est le métier : la sage-femme.
Dans le cas contraire, le médecin spécialiste sera le recours.
Le suivi (sage-femme libérale ou hospitalière) demeure au libre choix de la femme.
A partir du début du 3ème trimestre, le suivi sera fait sur le lieu de l’accouchement.
- Dans le cas particulier des situations précaires, le réseau se doit d’avoir une très
grande vigilance, en lien avec l’hôpital.
- La formation continue doit permettre un haut niveau de développement des
connaissances appuyées par la recherche. Pour ce faire, la CFTC demande un
forfait annuel de formation de 5 jours avec un budget adossé au plan de formation,
voir CTE.
- Concernant la maison de naissance, il n’y a pas d’opposition pour la CFTC mais
seulement dans un cadre de haute sécurité mère/enfant, une garantie
conventionnelle entre les maisons de naissance et les maternités.
Révisions des classifications
La CFTC souhaite une vraie politique LMD à savoir une durée de déroulement de
carrière pendant toute la durée d’activité.
- Définir la valeur d’une année de formation initiale.
- A partir de la licence on peut considérer une valeur de 50 points net majorée
par année de formation comme base de départ.
- Création d’une échelle linéaire de déroulement de carrière sur 35 années.
- Un encadrement a 3 niveaux : cadres, cadres sup, cadres coordinateurs,
avec adaptation des échelles de déroulement de carrière.
- Dans le cadre des spécialités sages-femmes reconnues par l’autorité du
conseil de l’ordre (DU ou DIU) telle que l’échographie obstétricale, la CFTC
demande une rémunération pour ces spécialités.
- La sage-femme est juridiquement responsable de son diagnostic, de sa
conduite à tenir et de ses actes ; il est important d’en tenir compte dans sa
rémunération.

Posted in Base | Réagir »

Compte Rendu Réunion Sages femmes : Du mercredi 21 mars 2012

mars 23rd, 2012 by cftcchsa

La CFTC a été reçu par :
- Mme Clara De Bort, conseillère technique « professions de santé » du cabinet de Xavier Bertrand.
- Et Mme Michèle Lenoir-Salfati, adjointe au sous directeur des ressources humaines système de santé du ministère de la santé.
La CFTC était représentée par Anne-Lise Harambillet, sage-femme ; Lénaïg Macé, sage-femme ; et André Hoguet, Fédération santé CFTC.

En préliminaire, déclaration de Mme DE BORT sur les points importants à aborder ce jour :
- Le statut de la sage-femme : axes d’amélioration, Filière maïeutique, revalorisation grille indiciaire.
- Place de la sage-femme hospitalière : hiérarchie, représentation, place en CME, lien avec directeur des affaires médicales.
- Valorisation et encouragement pour des structures avec accouchements physiologiques.
- Statut sage-femme enseignante.

Suite aux discussions, on peut dire que globalement, les organisations syndicales se sont positionnées sur notre déclaration :
- Pour la CFTC, il est vrai que nos positions n’étaient pas connues
- Avoir un statut qui place la sage-femme dans un cadre de la réglementation actuelle médicale
- Ralliement à notre position : indiquer que la sage-femme doit encore évoluer sur un bon nombre de paramètres voire « Déclaration CFTC » : nous ne sommes pas d’accord pour, encore une fois, « rafistoler » les grilles.
- Grilles de salaire : suite aux différentes propositions, le gouvernement nous assure que nous devrions avoir de nouvelles grilles pour le 01/07/2012.
Même détermination de toutes les organisations par rapport à tous ces points.

Les avancées (selon Mme DE BORT) :

- Positions du gouvernement sur le métier de sage-femme
- Loi HPST :
- Position’’ d’universitarisation’’ des sages-femmes, premier exemple à Marseille à poursuivre, rôle de la sage-femme dans la santé de la femme, ne plus cantonner les sages-femmes qu’aux accouchements.
- Campagne de valorisation des métiers de la santé (les sages-femmes apparaissent quand on tape « recherche écho/contraception » dans les pages jaunes) en partenariat avec le conseil de l’ordre afin de trouver des moyens de supports sur le LIBRE CHOIX A LA FEMME.
- place de la sage-femme en ville : soutien PRADO
- pouvoir de prescription, suivi de la santé des femmes en général.
- La loi sur la recherche doit laissée l’autonomie aux sages-femmes, il n’est pas nécessaire d’avoir un médecin comme partenaire pour faire une recherche.
au Sénat, difficultés pour Mme Bachelot à faire adopter une loi car censure du Conseil. Proposition de loi déposée par Mme Poletti.
- gouvernance à l’hôpital : la loi HPST a posé des outils permettant aux sages-femmes :
-
• de mieux faire savoir leurs compétences.
• d’intervenir dans les projets médicaux.
• le chef de pôle doit être assisté d’une sage-femme pour ces projets.
- LMD : réforme concernant les sages-femmes
- Développement professionnel continu, arrêté publié dans 15 jours (reconnaissance/structuration hospitalière et libérales, orientation nationale et régionale, évaluation de tous les organismes de formation, mise en place en 2013).
- Code de déontologie : travail avec conseil de l’ordre, conseil d’état saisi,…

Position du gouvernement :

- Laisser libre choix aux femmes.
- Règles du jeu : modifications face à la gouvernance des hôpitaux, autonomie de la sage-femme.
- Pas de statut de PH ni de doctorats, jugé inadapté, nous gardons le titre de sage-femme hospitalière de titre IV. (négociations prévues courant 2012). Sans appel malgré l’intervention des syndicats expliquant la position des étudiants et l’enquête du Conseil de l’ordre à ce sujet…

 Mme De Bort résume la négociation à venir :

Il y aura :
- une revalorisation des grilles de salaires statutaires de la sage-femme, avec une volonté d’aboutir en 2012, un accord devrait être proposé à la signature fin juin.
- L’encadrement des sages-femmes : réflexions en cours par rapport aux cadres hospitaliers.
- Statut des sage-femmes enseignantes: risque de dilution des sages-femmes dans les universités, il faut trouver des modalités permettant d’être bien représentés dans les universités. Il est exclu que les gynécos soient formateurs des sages-femmes, il en est de même d’imposer un doctorat aux enseignantes sages-femmes pour qu’elles puissent continuer d’enseigner. Il est donc demandé au Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche de trouver une solution : les ESF doivent être formées en université, par leurs pairs, c’est-à-dire des sages-femmes enseignantes qui gardent leur statut dans la fonction publique hospitalière.
L’issue des négociations sera décidée par le prochain gouvernement, il reste néanmoins une permanence au niveau de l’administration. Il n’y a pas d’autres négociations en cours que celles des sages-femmes.

Une prochaine séance est prévue le 12 avril 2012, les thématiques (qui devraient davantage tourner autour du métier en lui-même) ne sont pas encore arrêtées.
Nous faisons appel à l’ensemble des sages-femmes à réfléchir aux thématiques qu’elles aimeraient y voir aborder.
Merci d’envoyer vos requêtes au plus tard le 3 avril dernier délai à l’adresse mail suivante :
fede@cftc-santesociaux.fr

Posted in Base | Réagir »

CFTC.TV, la WebTélévision de la CFTC : Emission du 22 mars

mars 23rd, 2012 by cftcchsa

Au sommaire, cette semaine, un numéro spécial sur les conditions de travail :

- Débrayage : pour les salariés du Crédit Foncier et de la banque HSBC. Réorganisations, absence de reconnaissance et de partage des résultats : tous dénoncent des conditions de travail dégradées…

- Engrenage : quand la souffrance au travail peut pousser à l’extrême. Témoignage d’une déléguée syndicale de la protection sociale.

- Partage : les brèves sur la vie du mouvement. La Fédération CMTE organise une table-ronde sur la traçabilité sociale et l’Union départementale de l’Aube met en place une caisse de solidarité pour des salariées qui ne sont plus payées

Posted in Actualité, Informations CFTC, Positions CFTC | Réagir »





Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 4479 articles | blog Gratuit | Abus?