compteur CFTC

Compteur pour blog gratuit

Archives CFTC

Calendrier CFTC

juin 2012
L Ma Me J V S D
« mai   juil »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

Wikipédia

Activité du site

WooRank of cftcchsa.blogvie.com

CFTC CHSA

Compteur de visiteurs en temps réel

Jouer sur prizee

Jeux Gratuits et Cadeaux !

Votez

Trafic Booster

Météo

météo Maubeuge

L’hôpital Auban-Moët à l’heure des restrictions

juin 23rd, 2012 by cftcchsa

L'heure est aux restrictions pour l'hôpital Auban-Moët qui va devoir revoir sa copie sur l'organisation des services.

L’heure est aux restrictions pour l’hôpital Auban-Moët qui va devoir revoir sa copie sur l’organisation des services.

 

EPERNAY (Marne) Les syndicats l’ont révélé. Le directeur l’a confirmé. Le plan de retour à l’équilibre de l’hôpital passe par la réorganisation des services et une suppression de 18 à 23 postes.

SI la nouvelle a fait l’effet d’une bombe parmi le personnel, elle n’a véritablement surpris personne. L’hôpital Auban-Moët va devoir se serrer la ceinture pour se sortir d’une situation financière complexe.
De son côté, l’Agence Régionale de Santé ne pouvait décemment pas fermer les yeux sur un déficit de 1,8 M € enregistré en 2011 par l’établissement hospitalier d’Epernay. L’ARS oblige donc le centre hospitalier à engager un plan de retour à l’équilibre dès le 1er juillet.
Ce qui ne sera pas sans conséquences sur son fonctionnement : restructuration des services, regroupement des activités hospitalières, pertes de postes et suppression de lits. Les syndicats accusent le coup ! « Le PRE nous a été annoncé le 13 juin dernier par le directeur », précise Chantal Berthelemy de la CGT. « Monsieur Schott parle de 15 lits supprimés alors que la réalité serait de 25 lits. Cela signifie également la perte d’au moins 18 postes à temps plein ».

Limiter la casse
Inacceptable pour l’Intersyndicale qui a décidé de voter contre le plan de retour à l’équilibre. « C’est le personnel soignant qui est une fois de plus touché, un personnel qui a déjà consenti des efforts en 2010 par une diminution de ses RTT », rappelle Jacky Omejec pour FO.
Pour Michel Carlier de la CGT, « le personnel va devoir trinquer pour des erreurs de gestion ». Tout comme Claude Merda (FO) et Stéphane Comte (Unsa), l’élu dénonce des dépenses faites en dépit du bon sens. « Un exemple ? Des cuisines refaites à neuf, trop chères et pas adaptées aux besoins des services ». Aujourd’hui, les syndicats ne cachent pas leur inquiétude quant à l’avenir de l’hôpital. Pour Chantal Berthelemy, « selon nous, toutes les pistes n’ont pas été explorées pour éviter le PRE ».
De son côté, Laurent Schott confirme la mise en place prochaine du PRE : « Notre établissement aborde effectivement, un nouveau virage ».
Selon lui, plusieurs réflexions avaient déjà été amorcées dès l’annonce du déficit budgétaire de 2011. « L’ARS a estimé qu’elles n’aboutissaient pas assez vite et nous a intimé l’ordre de mettre en place ce PRE dans les plus brefs délais ».
Le directeur assure pourtant, « qu’il devrait limiter la casse ». L’objectif clairement avoué est dans un premier temps de limiter les coûts de fonctionnement avant même de penser à renflouer les caisses de l’hôpital. « Cela passe par un regroupements des lits », convient le directeur.
Il s’agit de privilégier le travail ambulatoire « et donc de permettre au patient de rentrer chez le soir même d’une opération, voire de privilégier les hospitalisations à domicile ».
Une maternité provisoire
Et l’on reparle à nouveau de la maternité. Car si l’ARS s’est prononcée en août 2011 pour un rapatriement de la maternité vers l’hôpital, le nouveau bâtiment, lui est loin d’être prêt à recevoir les parturientes. « Nous avons donc proposé une implantation provisoire avant d’intégrer des locaux neufs », explique Laurent Schott.
A défaut de pousser les murs, il faudra trouver des lits. « C’est la raison pour laquelle, cette implantation provisoire entrerait dans le plan de retour à l’équilibre ». Réponse définitive le lundi 2 juillet prochain.
En revanche, Laurent Schott ne dément pas la compression de personnel même s’il préfère évoquer des suppressions de postes théoriques. « On est effectivement plus près des 23 postes que des 18 ».
Regrouper notamment, la pneumologie avec la diabétologue signifie moins de lits. « Il est moins coûteux de voir tourner cet unique service à plein régime plutôt que deux à moitié ».
Pas question pourtant de licenciements : « Il y a des départs volontaires, des postes qui n’ont pas été remplacés notamment lors de congés maladie ou de maternité », assure Laurent Schott qui préfère pourtant miser sur l’avenir. Avec tout d’abord une mise au point sur la situation de la maison de retraite d’Aÿ.
« Nous nous dirigeons vers une direction commune et donc avec une mise à disposition d’agents du centre hospitalier, par exemple un cadre santé à temps plein ».

Attentif aux mesures
Laurent Schott convient volontiers que « des efforts devront être consentis sur les investissements ».
En revanche, l’extension du Hameau champenois semble avoir eu l’aval de l’ARS. « Dès 2014, nous aurons la possibilité d’accueillir 72 résidents supplémentaires, ce qui passera par l’emploi de 30 soignants de plus ».
Entre des syndicats alarmistes et une direction qui se veut résolument optimiste, difficile de s’y retrouver.
« Je comprends les syndicats qui s’indignent de cette compression d’effectifs mais en tout état de cause, nous serons très attentifs quant à l’accompagnement de ces nouvelles mesures », a conclu Laurent Schott.

L’Ardennais…

 

Posted in Actualité, Article presse |





Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 4477 articles | blog Gratuit | Abus?