compteur CFTC

Compteur pour blog gratuit

Archives CFTC

Calendrier CFTC

mars 2015
L Ma Me J V S D
« fév    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Wikipédia

Activité du site

WooRank of cftcchsa.blogvie.com

CFTC CHSA

Compteur de visiteurs en temps réel

Jouer sur prizee

Jeux Gratuits et Cadeaux !

Votez

Trafic Booster

Météo

météo Maubeuge

Souvenir, souvenir, décembre 2004…

février 27th, 2015 by cftcchsa

boukaf-image.jpg

Posted in Informations CFTC, Article presse | Réagir »

Face au syndrome d’alcoolisation fœtale, le centre hospitalier du Cateau avance

février 26th, 2015 by cftcchsa

Jusque fin 2015, le centre hospitalier du Cateau-Cambrésis met les bouchées doubles dans la lutte contre un véritable « fléau » de santé publique : le syndrome d’alcoolisation fœtale. Trois services sont mobilisés dans le cadre d’un projet pilote qui pourrait, s’il est concluant, être étendu à toute la France.

Quoi de plus rageant, quand on dirige un centre d’accueil médico-social précoce, que d’y accueillir des enfants frappés d’un handicap évitable à 100 % ? Depuis de longues années, le pédiatre caudrésien Jean-Marc Buziau bataille pour mieux faire connaître, et donc prévenir, le syndrome d’alcoolisation fœtale (SAF), véritable fléau dans le Nord – Pas-de-Calais tout particulièrement (lire ci-dessous). Semblerait-il que l’Agence régionale de santé veuille mettre l’accent sur cette problématique de santé publique puisqu’elle finance, pour 165 567 €, un projet pilote dans le cadre du contrat local de santé de la communauté de communes du Caudrésis-Catésis.

« Handisaf », tel est le nom de ce projet « qui essaie de créer une meilleure prise en charge à la fois de la femme enceinte qui s’alcoolise et des bébés », précise Vincent Vanderpotte, chef du pôle addictologie du centre hospitalier du Cateau-Cambrésis. Pôle addictologie qui, pour porter ce projet, unit ses forces avec celles de la maternité Francis-Hottier du Cateau et du CAMSP de Caudry, tous deux dirigés par le Dr Buziau. Deux professionnels qui partagent une même « révolte » contre ce « fléau ». Et qui se sont donné, avec des services enthousiastes, les moyens de le combattre encore plus efficacement, « dans tous ses versants ».

Information dès le collège

Et le plus tôt possible. Ainsi, c’est dès le collège que s’opère la campagne d’information visant le grand public. À destination de celles qui seront un jour mères comme de celles et ceux qui les côtoieront. « Sur ce point, l’entourage aussi peut être toxique », sait Jean-Marc Buziau.

Deuxième strate de la prévention, les professionnels de santé. Parfois gênés aux entournures par ce tabou que constitue la consommation d’alcool pendant la grossesse. « Parler d’alcool avec les femmes enceintes, ce n’est jamais simple, soupire le pédiatre. Il faut que ça devienne automatique. Là, on aura fait un énorme progrès dans la prévention du SAF. » Une soirée d’information va être organisée et un courrier de sensibilisation transmis aux professionnels. Des sessions de formation seront également mises en place pour optimiser le repérage précoce et le dépistage des facteurs de risque.

Prise en charge des cas à risques

Dernier pan du projet : la prise en charge des cas à risques. La coopération entre ces trois pôles que sont la maternité, le service d’addictologie et le CAMSP a pour but de suivre les futurs parents du mieux possible. Et le plus vite possible, à la différence des autres cas d’addiction, car « On a neuf mois pour agir ».

En dernier recours, le CAMSP peut prendre en charge, le plus tôt étant le mieux, les petits atteints de SAF pour travailler, « malgré les difficultés, à les intégrer dans une vie sociale ordinaire ». Actuellement, vingt pour cent des enfants qui y sont suivis relèvent du syndrome d’alcoolisation fœtale.

Vers une déclinaison nationale?

Certaines des actions mises en place dans le cadre de Handisaf étaient déjà d’actualité sur le territoire, mais à moindre échelle. L’attribution de ce projet pilote, à la faveur de la visite du directeur général de l’ARS au pôle de santé du Cateau, en 2014, est une belle reconnaissance pour ces professionnels de longue date engagés dans la lutte anti-SAF. Si leurs armes s’avèrent efficaces, leur plan de bataille pourrait être déployé à l’échelon national.

Un verre gagné, une fonction préservée

« Au centre d’accueil médico-social précoce, on voit de nombreux enfants atteints de ce handicap, et pour lesquels on sait qu’on ne pourra pas faire grand-chose… sinon offrir la vie la plus noble possible à l’enfant et à sa famille », souffle Jean-Marc Buziau. Énonçant les symptômes du syndrome d’alcoolisation fœtale : « une dysmorphie faciale, un gros retard intellectuel, de gros troubles du comportement ». Un handicap qui, pour chaque enfant qui en est victime, coûte tout au long de sa vie « 4 millions d’euros à la société ».

Vincent Vanderpotte distingue deux types de comportement pouvant mener à des SAF : l’alcoolisation ponctuelle, qui concerne « souvent plutôt des jeunes femmes sur un mode festif ou familial, souvent des primipares mal informées sur les problèmes liés à l’alcoolisation fœtale. Il faut vraiment qu’on arrive à leur fournir des informations sur les risques, de bonnes raisons pour qu’elles arrêtent. » Puis, il y a « les femmes qui sont malades alcooliques, avec une véritable addiction à l’alcool. Ce sont souvent des femmes plus âgées, qui ont déjà des enfants qui ont eu le même problème. On est alors face à une consommation quotidienne d’alcool, avec un risque de SAF à 100 %. »

En pareil cas, « il y a urgence fœtale », insiste le Dr Vanderpotte. Urgence donc pour le professionnel, quel qu’il soit, qui identifie le problème, d’envoyer la personne le plus rapidement possible en consultation. » « C’est une course contre la montre », assène Jean-Marc Buziau. Rappelant que s’il n’est pas possible de remédier aux dégâts déjà engendrés, l’arrêt de l’alcool ne peut être que bénéfique à l’enfant à naître : « Un verre gagné, c’est une fonction préservée ».

3% des naissances en région

« La prévalence de l’alcoolisation fœtale est dix fois plus importante dans notre région que la moyenne nationale. Le Nord – Pas-de-Calais est la deuxième région la plus touchée après l’île de la Réunion », souligne Jean-Marc Buziau.

Au-delà des cas estampillés « syndrome d’alcoolisation fœtale », qui touchent trois naissances pour mille en France (3 % dans la région), on estime plus généralement que les troubles liés à l’alcoolisation fœtale concernent chaque année 1 % des naissances sur le territoire national. Les enfants concernés présentant bien souvent des troubles du comportement ou des apprentissages qu’on ne pense pas forcément à attribuer à la consommation d’alcool pendant la grossesse…

La Voix du Nord…

Posted in Actualité, Article presse | Réagir »

Les orthophonistes lancent un préavis de grève

février 25th, 2015 by cftcchsa

Paris, le 24 février 2015

Sans reconnaissance salariale

Les orthophonistes lancent un préavis de grève

 

le vendredi 13 mars 2015

 

En février 2013, Mme Touraine, ministre de la Santé, écrivait :

« Afin de tenir compte des compétences requises dans la prise en charge orthophonique des patients, le gouvernement a décidé de porter la formation à 5 ans et de la reconnaître au grade master ».

Les orthophonistes hospitaliers attendent désormais les  effets de cette reconnaissance au niveau salarial.

L’Intersyndicale des orthophonistes a été reçue plusieurs fois aux Ministères de la Santé et de la Fonction Publique pour exiger une juste revalorisation pour les orthophonistes hospitaliers.

A ce jour, aucune ouverture de négociations salariales n’est envisagée. Même la promesse d’un état des lieux de la situation faite en juillet 2014 n’a pas été honorée.

La seule proposition de la Ministre est le reclassement avec des grilles de salaires à Bac+3 :

inacceptable pour une profession dont le niveau de formation est reconnu à Bac+5.

Sans reconnaissance salariale de leur qualification, il n’y aura bientôt plus d’orthophonistes à l’hôpital.

La dégradation de l’offre de soins orthophoniques hospitaliers est inacceptable, pour les patients comme pour les

professionnels avec, pour conséquences majeures, l’allongement des délais pour la mise en œuvre des soins, la disparition de lieux de stages pour les étudiants, la dégradation des réseaux ville-hôpital et des parcours de soins…

L’intersyndicale appelle l’ensemble de la profession à se mobiliser et appelle à une première journée de grève le vendredi 13 mars 2015

Rassemblement devant le Ministère de la Santé le 13 mars 2015 à 11h.

Non à la mort programmée de l’orthophonie hospitalière :

 

Agissons avant qu’il ne soit trop tard !

 

CONTACT  PRESSE

CFTC Santé et Sociaux : Chantal AUBRY 01 47 35 26 28

Posted in Actualité, Informations CFTC, Tracts, Article presse | Réagir »

Charlie Hebdo voit rouge sur sa couverture

février 24th, 2015 by cftcchsa

Sous fond rouge sang, un Charlie Hebdo  dans la gueule, un chien s’enfuit, poursuivi par une horde de canidés dont les visages représentent Marine Le Pen, Nicolas Sarkozy, le pape François, un djihadiste, un homme d’affaires… Avec un micro de BFM au-dessus de la mêlée. Tout le monde en prend pour son grade. «…C’est reparti», annonce Charlie Hebdo, dont le prochain numéro, disponible mercredi en kiosque, se dévoile grâce à sa Une, signée Luz :

charlie1.jpg

Posted in Actualité, Article presse | Réagir »

La CGT manifeste devant l’hôpital de Laon

février 22nd, 2015 by cftcchsa

Ce matin (Vendredi 20 Février 2015), une poignée de militants CGT a manifesté devant le centre hospitalier de Laon, afin de dénoncer les conditions de travail du personnel et le manque de dialogue social.

Posted in Actualité, Article presse | Réagir »

Epidémie de grippe:

février 22nd, 2015 by cftcchsa

le centre hospitalier de Maubeuge ouvre des lits supplémentaires

La Sambre n’est pas épargnée par l’épidémie de grippe. Pour faire face à un engorgement de patients aux urgences, le centre hospitalier du boulevard Pasteur a ouvert pour la première année une zone d’accueil temporaire.

 Aux urgences, le nombre de passage a connu un pic, comme la grippe, certains jours.  Aux urgences, le nombre de passage a connu un pic, comme la grippe, certains jours.

Le centre hospitalier de Sambre-Avesnois doit faire face à un afflux de patients aux urgences. Comme à chaque période hivernale, l’établissement de santé a donc déclenché le dispositif Hôpital en tension, comme c’est le cas sur le plan national, depuis le mois de janvier. « Hôpital en tension existe depuis plusieurs années suivant la recrudescence de patients lors des épidémies hivernales, confie Sabrina Stramandino, directeur patientèle, responsable qualité et de la gestion des risques au centre hospitalier de Sambre-Avesnois. Et pas seulement pour la grippe. L’année dernière, nous avions peu de tensions en hiver, à la différence du mois de mai. Les épidémies sont arrivées plus tard ».

TABLEAU DE BORD

Le centre hospitalier de Sambre-Avesnois suit de façon quotidienne l’affluence aux urgences grâce à un gestionnaire de lits. Ainsi, des indicateurs calculés quatre fois par jour permettent de donner une idée précise entre le taux de passage aux urgences et le nombre de lits disponibles. Une sorte de tableau de bord de la situation à l’instant « T ». « En moyenne, le nombre de passages aux urgences est estimé à 130 par jour. Les deux dernières semaines, nous étions à 180 passages par jour. Essentiellement des personnes de plus de 75 ans. Ce qui représente une augmentation de plus 20 voire 30 % », constate Sabrina Stramandino. Ainsi, pour la première fois, cette année, le centre hospitalier a ouvert une zone d’accueil temporaire, « pour éviter que les personnes restent sur des brancards trop longtemps ». Cette zone d’accueil temporaire, « est activée depuis une quinzaine de jours, et jusqu’au 8 mars si besoin », relève Sabrina Stramandino.

Cette zone d’accueil temporaire est une sorte de zone tampon, disposant de six lits, extensibles jusqu’à dix, si besoin, pour eviter les goulots d’étranglement aux urgences. « Il y a une semaine, note Sabrina Stramandino, les dix lits étaient occupés par des patients. Il n’y a pas que la grippe en cause, mais aussi, même si on est en phase descendante, la gastro-entérite ».

La Voix du Nord…

Posted in Actualité, Article presse | Réagir »

L’hôpital sur les rails (suite)… de la Sambre

février 20th, 2015 by cftcchsa

Une offre de soin cohérente, de proximité

Rémi Pauvros, satisfait, confirme : “nous avons passé l’étape de la décision qui rend irréversible le projet. Maintenant, le projet est sur les rails. Il est porté par l’ARS. Je pense que maintenant, nous avons deux années devant nous pour aboutir au permis de construire.”C’était très important de permettre aux habitants d’accéder à un parcours de soins le plus adapté à leur situation. C’est une des raisons pour laquelle nous avons défebdu ce projet, un projet territoriale.

Et de préciser : “cet établissement a une vocation d’arrondissement, dans le cadre d’une communauté hospitalière de l’Avesnois qui regroupe Fourmies, Felleries-liessies, Jeumont, Hautmont, Avesnes-sur-helpe“.

Il va permettre de conforter le pôle mère-enfant, “c’est une attente forte du territoire“. L’offre de soins sera cohérente, de proximité, de qualité et complémentaire du CH de Valenciennes et du CHRU de Lille. “Il n’a pas pour vocation d’offrir ce qui existe déjà à Valenciennes et à Lille“, souligne le député. Enfin, avoir un plateau technique attractif devrait permettre également de lutter contre la désertification médicale et attirer de nouveaux médecins, au CH mais aussi en ville. “L’université à d’ailleurs été associée au projet soit en capacité d’accueillir des internes“.

Désormais, il faut être patient…

(commentaire CFTC : patient = malade ou patient = personnel ?)

Fin de l’article de La Sambre…

Posted in Actualité, Informations CFTC, Article presse | Réagir »

La construction du nouvel hôpital est sur les rails…

février 20th, 2015 by cftcchsa

Il aura fallu de nombreuses années pour voir le dossier de construction du nouveau CH aboutir. Le dossier a été validé en janvier. Le feu vert est donné.

(Commentaire CFTC : J’espère que les syndicats présents vont pas jouer au c.. et s’investir pleinement dans ce formidable projet, pour la CFTC, vous me connaissez, c’est sûr, mais eux ???)

La construction du nouveau CH va enfin pouvoir se réaliser. Le comité interministériel de performance et de la modernisation de l’offre de soins (COPERMO) a validé le dossier. Ce comité a été créé en 2012, “parce que de nombreux engagements avaient été pris par le gouvernement précédent mais n’avaient pas été suivis de faits”, selon Rémi Pauvros. “Il y avait donc besoin de tout remettre à plat. Désormais, les dossiers doivent obligatoirement passer devant ce comité.

Et, après examen du dossier, le comité a donc validé la demande de construction d’un nouveau CH à Maubeuge, le 14 janvier 2015.

Un établissement qui date de 1959

C’est ce qu’a annoncé Rémi Pauvros, le député, lors de sa cérémonie de voeux. Un long parcours du combattant qui va enfin voir son aboutissement. Car le dossier ne date pas d’hier.

(Commentaire CFTC : Je confirme, j’ai toujours connu, de mémoire, il y avait un projet de construction entre Maubeuge et Avesnes sur Helpe, il y a bien des années)

Le CH n’est pas de toute jeunesse. Il a été construit en 1959. Vieillissant, ne correspondant plus aux attentes des patients, il avait fait l’objet d’un projet de rénovation et de restructuration en 1999. En 2002, le projet a été abandonné parce qu’il ne permettait pas de répondre aux pratiques et son coût avait doublé en trois ans. De 2002 à 2008 des travaux ont été tout de même réalisés pour maintenir le site en sécurité. En 2008, le CH avait été sérieusement touché par la tornade qui avait emporté le toit du service de réanimation et avait détruit le bâtiment infanto-juvénile. Cela avait nécessité d’importants travaux. De 2008 à 2012, un projet de restructuration intermédiaire avait été envisagé. Il concernait la réhabilitation du pôle mère-enfant et la construction d’un bâtiment neuf pour accueillir les services de neurologie et pneumologie. “Le bâtiment avait atteint ses limites et cette construction allait coûter cher, plus cher qu’une reconstruction“, explique Rémi Pauvros. En 2009, il est donc envisagé la construction d’un nouvel hôpital sur un nouveau terrain pour un coût de 178 millions d’euros. “Nous n’avons pas réussi à inscrire ce projet sur le plan hôpital 2012″, regrette le député. “J’avais pourtant tout fait pour qu’on y soit inscrit. Nous repartions donc à zéro !“. En 2010-2012, une nouvelle proposition est faite.

Le projet validé le 14 janvier

La municipalité confirme pour le terrain. Juillet 2013, l’ARS confirme l’inscription de la reconstruction au schéma régional. “Nous avons alors reformaté le projet pour    qu’il corresponde aux attentes de la COMERDO. Le 14 janvie, lors de l’examen du dossier par le comité interministériel de performance et de modernisation de l’offre de soins, il est validé. De son côté l’ARS a également confirmé en janvier que la construction d’un nouveau CH faisait partie de ses priorités. Notre dossier était classé en tête avec celui de Lens.

Suite de l’article de la Sambre, prochainement…

Posted in Actualité, Article presse | Réagir »

La une de la Sambre ! Ce vendredi ! C’est nous dans le bon sens !

février 20th, 2015 by cftcchsa

Nouvel Hôpital ! Pour quand ?

Posted in Actualité, Informations CFTC, Article presse | Réagir »

Déploiement de la télémédecine : tout se joue maintenant

février 20th, 2015 by cftcchsa

La télémédecine : qu’est ce que c’est ?

La télémédecine est l’une des composantes de la « télésanté ». Les applications de la télésanté sont cependant plus larges que celles de la télémédecine. Il s’agit par exemple de l’ensemble des sites et portails, en tout ou partie liés à la santé, que l’on trouve sur Internet. Ces sites, bien connus des patients et des professionnels de santé, proposent des prestations nombreuses : conseils, recommandations, articles, forums, bulletins d’information voire, pour certains d’entre eux, des dossiers médicaux en ligne. Voir l’article L.6316-1 du Code de la santé publique

La vidéo : conçue par le ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes en lien avec le Collectif interassociatif sur la santé (CISS), la vidéo démontre la valeur ajoutée du recours à la télémédecine grâce à 3 illustrations concrètes :

  • « Télé AVC Artois-Hainaut » (centre hospitalier de Lens),
  • « Le suivi clinique à domicile (SCAD) de patients insuffisants cardiaques » (centre hospitalier universitaire de Caen),
  • et « La prise en charge de patients détenus au sein d’une Unité Sanitaire » (hôpitaux de Lannemezan).

Par le biais de ces 3 situations, les bénéfices de la télémédecine sont immédiatement compréhensibles : égal accès aux soins et amélioration des délais de prise en charge, maintien de la qualité du diagnostic par un partage des informations rapide et performant entre professionnels de santé, limitation des complications liées à une prise en charge trop tardive – en particulier pour les accidents vasculaires cérébraux (AVC) –.

La télémédecine est une pratique médicale qui met en rapport entre eux, par la voie des nouvelles technologies :

  • soit le patient et un ou plusieurs professionnels de santé, parmi lesquels un professionnel médical,
  • soit plusieurs professionnels de santé, parmi lesquels au moins un professionnel médical.

Elle permet :

  • d’établir un diagnostic,
  • d’assurer, pour un patient à risque, un suivi dans le cadre de la prévention ou un suivi post thérapeutique,
  • de requérir un avis spécialisé,
  • de préparer une décision thérapeutique,
  • de prescrire des produits, de prescrire ou de réaliser des prestations ou des actes,
  • d’effectuer une surveillance de l’état des patients.

Le décret d’application de la loi HPST, publié en octobre 2010, est venu renforcer l’assise juridique de la télémédecine, en précisant les conditions de sa mise en œuvre et son organisation. Celles-ci sont désormais inscrites au sein des articles R.6316-1 à R.6316-9 du code de la santé publique.

Source ARS…

Posted in Actualité, Informations CFTC, Article presse | Réagir »

« Posts précédents





Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 4850 articles | blog Gratuit | Abus?