compteur CFTC

Compteur pour blog gratuit

Archives CFTC

Calendrier CFTC

juillet 2014
L Ma Me J V S D
« juin    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Wikipédia

Activité du site

WooRank of cftcchsa.blogvie.com

CFTC CHSA

Compteur de visiteurs en temps réel

Jouer sur prizee

Jeux Gratuits et Cadeaux !

Votez

Trafic Booster

Météo

météo Maubeuge

Yves Boudan arrête sa grève de la faim

juillet 9th, 2014 by cftcchsa

Yves Boudan, représentant syndical CFTC de l’hôpital de Vitré, a arrêté sa grève de la faim vendredi soir suite à “quelques petites avancées”. La décision concernant le non-renouvellement des temps partiels a été suspendue. Vendredi 11 juillet, une réunion aura lieu en présence, notamment, de Pierre Méhaignerie, maire, de la direction, d’un représentant de l’ARS etc…
Selon Yves Boudan, un mouvement de solidarité impressionnant s’est mis en place de la part du personnel. “La pétition a récolté 600 signatures : 400 à l’hôpital et 200 à la maison de santé de La Gautrays”, déclare-t-il. Le syndicaliste reste toutefois vigilant : “il ne faut pas crier victoire trop vite, je suis prêt à repartir.”

Lien : http://www.lejournaldevitre.fr/11646/hopital-yves-boudan-entame-une-greve-de-la-faim/

Yves Boudan sera suivi par un médecin de l'hôpitalYves Boudan sera suivi par un médecin de l’hôpital

Ce matin, à 9h, Yves Boudan, représentant CFTC de l’hôpital de Vitré, s’est installé dans son camping-car devant l’établissement et a démarré une grève de la faim.

En cause : le nouveau plan de retour à l’équilibre qui prévoit la suppression de deux postes en chirurgie A et en endoscopie, d’un demi-temps partiel à l’aumônerie, des postes aménagés en sur effectif et des temps partiels à 80 et 90%. En tout, entre 15 et 20 postes seraient en jeu. Lors du dernier Conseil technique d’établissement du 20 juin, les 10 représentants du personnel ont voté contre le plan, actuellement en attente de validation par l’Agence régionale de santé.

“Un dialogue de sourd”

Yves Boudan “n’a pas trouvé d’autre solution que cette grève de la faim face au dialogue de sourd rencontré de la part de la direction, une huitre qui se ferme”. Il précise que le personnel le soutient dans sa démarche. “Je fais ça pour eux, pas pour moi.” Sa requête : l’ouverture de “vraies négociations”.

Le directeur de l’établissement, Alain Groheux, et la directrice des Ressources humaines, sont venus à sa rencontre ce matin. Cette dernière a montré son inquiétude. “Je suis suivi par un médecin de l’hôpital”, indique Yves Boudan.

hopital.jpg Yves Boudan entouré de membres du personnel de l’hôpital

 

Posted in Actualité, Article presse | Réagir »

Un avant-goût du Tour de France à Fort-Mahon

juillet 8th, 2014 by cftcchsa

Dimanche 6 juillet, le podium de la CFTC a fait escale en ville, avant le grand départ de la caravane du Tour, ce mardi. Une Fort-Mahonnaise est à bord.

 Avant le Tour de France, la caravane de la CFTC a animé le centre de Fort-Mahon. Avant le Tour de France, la caravane de la CFTC a animé le centre de Fort-Mahon.

Ce dimanche 6 juillet, malgré la pluie, l’hôtesse Estelle Frenel était déjà dans son élément sur le podium du syndicat CFTC pôle santé-sociaux, installé place de Paris, à Fort-Mahon. Si les coureurs du Tour de France ne sont attendus que mardi 8 juillet au Touquet (Pas-de-Calais) – après un départ en Grande-Bretagne – la CFTC, qui participe à la caravane depuis trois ans, a rodé l’organisation. Et ce, en animant trois « pré-étapes », du 5 au 7 juillet, à Berck-sur-Mer, Fort-Mahon-Plage et au Touquet.

Et la jeune Fort-Mahonnaise de 22 ans, recrutée pour animer le véhicule CFTC dans la caravane du Tour, jusqu’au 28 juillet, ne cache pas son enthousiasme. «  C’est un rêve de gosse car que je suis le Tour depuis 2004, confie la jeune femme, dont le parrain est Franck Dumini, président de l’union locale de la CFTC en Picardie maritime. C’est un job d’été dont beaucoup voudraient. Une sacrée aventure s’annonce !  »

Avec 17 autres personnes (animateurs et hôtesses), Estelle Frenel va ainsi sillonner les routes de France, en distribuant les célèbres gadgets au public, massé le long des routes. Pas moins de 8 000 porte-clefs à écouler. «  On va frôler la tendinite du poignet  », s’amuse-t-elle, le sourire aux lèvres.

Pour la CFTC, c’est là une belle opération de communication. «  Notre objectif est de parler des métiers dits de l’ombre, qui concerne la famille comme les assistants maternels ou les métiers où les particuliers sont des employeurs, comme avec les auxiliaires de vie, détaille Michel Rollo, président de la fédération CFTC santé sociaux. Nous avons deux dispositifs : la caravane dans le Tour et un camion podium. Il sera installé chaque jour, à une cinquantaine de kilomètres de l’arrivée. Cela permettra d’aller à la rencontre du public et de rassembler autour des membres locaux de la CFTC. Des animateurs seront déguisés en nounou ou en jardinier. Des jeux seront mis en place, avec des lots à gagner. »

À suivre sur www.letourcftc.fr

Posted in Actualité, Informations CFTC, Article presse, Positions CFTC | Réagir »

Avesnes-sur-Helpe : plus de fonctionnaires pour moins de précaires à l’hôpital

juillet 8th, 2014 by cftcchsa

L’État n’a rien d’un employeur exemplaire et la crise n’a rien arrangé à l’affaire. Après l’annonce de 500 titularisations de contractuels à l’hôpital de Valenciennes dans les cinq prochaines années, c’est au tour du centre hospitalier du Pays d’Avesnes d’ouvrir le droit d’entrer dans la fonction publique à 38 de ses employés. Une bouffée d’oxygène pour beaucoup.

 Comme 36 autres contractuels à Avesnes, Déborah et Adeline seront informées des possibilités de titularisation à la rentrée.  PHOTO LA VOIX Comme 36 autres contractuels à Avesnes, Déborah et Adeline seront informées des possibilités de titularisation à la rentrée. PHOTO LA VOIX

« En CDD, on n’est sûr de rien. Avant mon CDI, je n’osais pas déménager. J’ai fait l’aller-retour en train avec Lille pendant deux ans » témoigne Déborah Basseux, 27 ans, diététicienne à l’hôpital d’Avesnes. « Et encore, même avec un CDI c’était compliqué de trouver une location dans l’Avesnois ». Son agent immobilier a exigé qu’une personne se porte garante de la jeune femme. Pas la misère, mais une vie d’équilibriste sur un fil.

« Variable d’ajustement »

« Le risque, c’est que les contractuels deviennent une variable d’ajustement budgétaire aux premières difficultés financières de l’établissement » analyse Éric Bultez, secrétaire de la section CFDT du centre hospitalier du Pays d’Avesnes. Le syndicat s’est emparé comme à Valenciennes de la question et a bataillé ferme pour faire changer les choses.

« 100 000 euros par an »

Deborah fait partie des trente-huit contractuels à Avesnes qui pourront prétendre au statut de fonctionnaire pendant trois ans. L’établissement se conforme à une loi de 2012 sur la résorption de l’emploi précaire. « C’est la loi, nous la respectons » explique Serge Gunst, directeur du centre hospitalier. « C’est une augmentation de nos charges de personnel de 100 000 euros par an ». Concrètement après une période de stage, les contractuels deviendront fonctionnaires. « C’est sécurisant. Et en termes de formations, de promotions et d’évolution des salaires, c’est plus avantageux » note Adeline, 28 ans, aide-soignante concernée par le dispositif. L’hôpital d’Avesnes compte 57 contractuels pour 400 employés.

Que dit la loi ?

La loi sur la résorption de l’emploi précaire vise à :

- La requalification en CDI des contrats correspondant à des besoins constants.

- Ouvrir pendant quatre ans un dispositif d’accès à l’emploi titulaire (et donc devenir fonctionnaire) pour les CDD et les CDI (sous conditions).

- Mieux encadrer le recours à des contractuels.

La Voix du Nord….

Posted in Actualité, Article presse | Réagir »

Force ouvrière prend pied à l’hôpital de Maubeuge après une scission chez SUD-santé

juin 30th, 2014 by cftcchsa

La situation n’était plus tenable au syndicat SUD-santé de l’hôpital et la majorité du bureau a préféré en sortir et créer une section FO.

 Patrick Beillant est le secrétaire de la nouvelle section. Patrick Beillant est le secrétaire de la nouvelle section.

C’est sur les ruines encore fumantes d’un conflit interne violent au syndicat SUD-santé du centre hospitalier de Sambre-Avesnois que la nouvelle section Force ouvrière de l’établissement hospitalier a été portée vendredi sur les fonts baptismaux. Cette création s’est matérialisée par la prise de possession du local syndical situé près du centre de psychothérapie où s’exercera désormais l’activité du même nom.

Contact physique

C’est peu de dire que les relations étaient tendues au sein de la section SUD-santé depuis un peu plus d’un an, avec une nette aggravation ces trois derniers mois au cours desquels des militants en sont venus au contact physique et au recours à de multiples procédures. Une ambiance électrique qui s’expliquait autant par des divergences personnelles que par des désaccords profonds sur la stratégie syndicale à adopter dans un établissement hospitalier soumis, comme tous les autres, aux politiques de rigueur qui se succèdent.

Face à une situation installée dans une logique de non retour, cinq des six membres du bureau ont décidé de démissionner et de créer une section Force ouvrière, ce qui fut fait en collaboration avec l’union locale et son responsable, Patrick Golinval. Ces responsables syndicaux n’ont pas été les seuls à franchir le pas puisque la nouvelle section compte soixante-quinze adhérents, tous venus de chez SUD, qui perd ainsi les trois-quarts de son bataillon composé d’une centaine de militants.

La voix du Nord…

Commentaire CFTC : Il va faire tous les syndicats, après avoir été CFTC pendant des dizaines d’années, il est passé à SUD, le voilà chez FO…. à quand la CFDT ou CGT ?????

Posted in Actualité, Informations CFTC, Tracts, Article presse | Réagir »

Un projet de décret revoit la rémunération des agents contractuels

juin 25th, 2014 by cftcchsa

Un projet de décret présenté aux syndicats le 23 juin instaure pour la première fois une “réévaluation”, tous les trois ans, des rémunérations des agents contractuels de l’État. Le texte, qu’Acteurs publics s’est procuré, revoit également le calcul de leurs primes d’ancienneté.

C’est un petit pas pour les agents non titulaires, mais un symbole fort. Après trois ans de travail sur la mise en œuvre des accords du 31 mars 2011 relatifs à la sécurisation des parcours professionnels des agents contractuels, un projet de décret revoyant les règles de leur rémunération a été présenté aux syndicats le 23 juin [cliquez ici pour accéder au document de travail ]. Il s’agit en fait d’une proposition de modification du décret 86-83 relatif aux “dispositions générales applicables aux agents contractuels de l’État”.

Les syndicats espèrent sa transcription rapide pour la territoriale et l’hospitalière.

Les effectifs d’agents non titulaires en 2011

347 900 pour la fonction publique d’État
359 800 pour la fonction publique territoriale
(dont 67 % de femmes et 76 % de personnels de catégorie C)
193 800 pour la fonction publique hospitalière

Source : rapport annuel DGAFP

 Acteurs publics….

Posted in Actualité, Article presse | Réagir »

LE TRAVAIL PENDANT LA RETRAITE

juin 17th, 2014 by cftcchsa

Dans son étude n°1449 de juin dernier, l’INSEE (Institut national de la statistique et des études économiques) révèle que si l’âge de départ à la retraite recule depuis 2006, la proportion des retraités occupant un emploi, le plus souvent à temps partiel, augmente.

Les conséquences de la réforme des retraites de 2010

Du fait des évolutions législatives liées à la réforme de 2010, la part de retraités chez les personnes sorties du marché du travail après 50 ans a diminué de 27 points en 6 ans, pour atteindre 39% en 2012. Quant aux départs à la retraite entre 55 et 59 ans, leur part a diminué de 6 points, passant de 15% à 9% entre 2006 et 2012.

Idem pour les préretraités et les dispensés de recherche d’emploi qui représentaient en 2006 11% des 55-59 ans et n’en représentaient plus que 2% en 2012.

Cette diminution de la part des retraités, chez les personnes de 60 ans, a été compensée par la hausse de personnes en situation d’emploi (+22 points à 43%) mais aussi par celle des chômeurs (+3,5 points à 4%). Dans la tranche des 55-59 ans, on assiste au même phénomène dû à la baisse conjuguée de la part des retraités, préretraités et dispensés de recherche d’emploi : forte hausse des personnes en situation d’emploi (+13 points à 74%) et augmentation du nombre de chômeurs (+2 points à 5%).

Les conséquences du décret du 2 juillet 2012

Avec des mesures applicables à compter du 1er novembre 2012, le décret du 2 juillet de la même année, a rendu possible le départ à la retraite dès 60 ans à une double condition. D’une part, justifier du nombre de trimestres cotisés en fonction de l’année de naissance. D’autre part, avoir comptabilisé 5 trimestres cotisés à la fin de l’année civile des 16, 17 ou 20 ans. Les effets de ce décret, combinés aux effets irréguliers de la réforme de 2010, ont fait envisager à la CNAV (caisse nationale d’assurance vieillesse) 709 000 départs à la retraite en 2013, soit 30% de plus qu’en 2012.

L’activité professionnelle pendant la retraite

Avec l’assouplissement des conditions du cumul emploi-retraite intervenu en 2009 *, la proportion des retraités âgés de 60 à 69 ans, ayant travaillé après 50 ans et occupant un emploi a doublé par rapport à 2006, passant en 2012 à 7%.

La moitié de ces personnes évoquent des raisons financières, au motif que leur retraite “ne suffit pas pour vivre aujourd’hui”. Pour 7% d’entre eux, travailler “leur permet de cotiser plus pour améliorer leur retraite de demain” et les motivations des 43% restants “ne sont pas d’ordre financier”.

Les emplois occupés par les retraités sont souvent des emplois à temps partiel et concernent autant les femmes que les hommes entre 60 et 69 ans (18%).

En revanche, le cumul emploi-retraite concerne davantage les hommes et est plus développé parmi les cadres et les diplômés du supérieur.

A noter que la réforme des retraites 2013 prévoit qu’à compter du 1er janvier 2015 les retraités souhaitant continuer à travailler devront avoir préalablement liquidé toutes leurs pensions de retraite et que les cotisations versées ultérieurement à la liquidation des pensions, quel que soit le régime de base concerné, n’apporteront aucun droit nouveau à retraite.

* Depuis le 1er janvier 2009, la possibilité de cumuler intégralement leur pension de retraite de base et le revenu d’une activité professionnelle est ouverte aux assurés qui remplissent les 3 conditions prévues par la loi : la rupture du contrat de travail, la liquidation de la pension de base du régime auquel cotise l’assuré, et la condition d’âge et de durée (être soit âgé d’au moins 65 ans, soit âgé d’au moins 60 ans et avoir une carrière complète).

Posted in Actualité, Article presse | Réagir »

la Voix du Nord : malaise chez Sud à l’hôpital de Maubeuge

juin 16th, 2014 by cftcchsa

Tensions chez Sud au CHSA

Au centre hospitalier de Maubeuge, l’actualité syndicale est marquée par une situation tendue chez Sud, des tensions nées du mode de fonctionnement de la section. Les divergences ont atteint un tel point que la plupart des représentants et des syndiqués, soit environ soixante-dix personnes, sont passés chez Force ouvrière avec armes et bagages. Et comme l’union locale FO de Maubeuge n’avait pas de section hospitalière, la cellule nouvellement créée a été rattachée à l’Union départementale basée à Armentières.

Chez Sud toujours, la mésentente se double d’accusations graves qui ont conduit au moins l’un des anciens responsables de la section à déposer une plainte en diffamation. L’union départementale est intervenue pour calmer le jeu, mais trop tard : le coup était parti.

Ambiance.

Paru sur la Voix du Nord du 15/05/2014

Posted in Actualité, Article presse | Réagir »

Les directeurs d’hôpital font la leçon aux agences régionales de santé

juin 16th, 2014 by cftcchsa

Il est urgent de simplifier les relations administratives entre agences régionales de santé (ARS) et directions d’établissements, estime l’Association des directeurs d’hôpital dans une “contribution à l’effort de simplification” de l’action publique. Une modernisation nécessaire alors que les relations entre ARS et hôpitaux sont souvent tendues.

C’est un flot continu, jamais démenti à travers les alternances politiques, de textes, décrets, arrêtés, circulaires, recommandations, instructions, enquêtes, indicateurs, qui se déverse à tous les niveaux de notre système national et local.” La puissante Association des directeurs d’hôpital (ADH) publie, lundi 16 juin, une contribution “pour un effort de simplification et de modernisation à l’hôpital”.

L’ADH, qui entend contribuer aux travaux de simplification de l’action publique lancés depuis le début de l’année par l’exécutif, pointe “un sentiment de saturation devant le poids des multiples règles” des hospitaliers. Elle se penche tout particulièrement sur les échanges administratifs et les procédures budgétaires entre hôpitaux et agences régionales de santé (ARS).

Trop d’enquêtes et de questionnaires

Depuis la création des ARS, en 2010, les relations ont toujours été compliquées avec les directions des établissements de santé, qui reprochent aux patrons d’agence une immixtion dans leur gestion administrative. Un rapport commandé par le gouvernement Fillon constatait en 2012 la mauvaise image des ARS, “souvent perçues comme une nouvelle bureaucratie administrative”. Une image qui ne s’est semble-t-il pas améliorée.

À lire les recommandations de l’ADH, le lecteur devine l’agacement des directeurs, particulièrement lorsque les ARS leur demandent de participer à des enquêtes et de remplir de nombreux questionnaires. Il est ainsi nécessaire, peut-on lire, de “limiter le nombre et la fréquence des enquêtes adressées aux établissements”, d’“annoncer un calendrier et un nombre maximal d’enquêtes et [de] s’y tenir quoi qu’il advienne sauf politique nationale nouvelle ou spécifique”.

L’association veut encore “évaluer le temps-homme que l’enquête représente afin d’apprécier la pertinence de la démarche en regard du résultat attendu”. Une “pertinence” que, de toute évidence, les directeurs ne jugent pas toujours avérée…

Limiter le nombre de réunions

L’ADH suggère encore de simplifier l’organisation des relations de travail en facilitant la téléconférence et la visioconférence lors des réunions régionales convoquées par les ARS avec les établissements distants du centre de la région. Et de privilégier “l’organisation de (la) réunion au plus près du territoire concerné et non au siège de l’ARS afin de limiter le plus possible les déplacements multiples des responsables médicaux et managériaux des établissements”. Il serait également utile de “limiter strictement le nombre, la fréquence, la durée des réunions qui sollicitent fortement les responsables hospitaliers”.

Les directeurs veulent encore “prévenir le cumul des contraintes”, définir en matière d’autorisations d’activités et d’équipements “l’autocontrôle comme règle de principe” et simplifier les procédures d’appels à projets et d’appels d’offres. Quant aux procédures budgétaires avec l’ARS, elles doivent être centrées “sur des sujets essentiels”…

Acteurs publics…

Posted in Actualité, Article presse | Réagir »

Jusqu’à 558 euros de hausse de salaire pour les fonctionnaires

mai 30th, 2014 by cftcchsa

La ministre de la Fonction publique a proposé, le 28 mai, aux organisations syndicales un allègement dégressif des cotisations retraites des fonctionnaires qui touchent entre 1 et 1,5 Smic. Le pouvoir d’achat de 2,2 millions d’agents est concerné, mais les syndicats restent sur leurs gardes.

Au total quelque 2,2 millions d’agents devraient en bénéficier, ont précisé les syndicats.

100 % des agents de catégorie C concernés

Les syndicats dans l’attente

Dans un communiqué commun, les syndicats CFDT, CFTC, CGT, FA-FPT, FSU, Solidaires et Unsa soulignent qu’après la mobilisation du 15 mai dernier, qui a réuni des dizaines de milliers d’agents sur les salaires, “le gouvernement a dû faire une proposition, reconnaissant ainsi l’existence d’un problème important de pouvoir d’achat” pour les quelque 5 millions d’agents.

Mais ils soulignent aussitôt ne pas avoir “aujourd’hui les réponses aux questions” qu’ils posent sur la politique salariale et l’emploi public et renouvellent leur demande de discussions sur un dégel du point d’indice, qui sert de base au calcul des salaires et n’a pas été augmenté depuis juillet 2010.

Ce dispositif d’allègement des cotisations retraites doit être présenté au Conseil des ministres le 18 juin, les syndicats devant entre temps revoir Marylise Lebranchu le 11 juin. Au-delà de ce geste du gouvernement, c’est tout le processus de négociations sur les parcours, carrières, et rémunérations des agents, déjà repoussé par la ministre, qui en dépend.

Acteurs Publics…

Posted in Actualité, Article presse | Réagir »

Des écarts de tarifs “inacceptables” dans les hôpitaux publics

mai 23rd, 2014 by cftcchsa

Les inégalités tarifaires entre patients et d’un hôpital public à l’autre sont très fortes, selon une étude publiée par 60 millions de consommateurs. Des disparités que le ministère de la Santé juge “inacceptables”. 

Pour des prestations identiques, les frais journaliers dans un hôpital public peuvent varier du simple au quadruple selon l’établissement, soit de 500 à 2 230 euros. C’est ce que révèle une étude publiée par 60 millions de consommateurs le 22 janvier. “Inacceptable !” a réagi le ministère de la Santé.

Les frais varient fortement d’un hôpital public à l’autre, même pour une prestation et une durée de séjour identiques, observe l’étude. En médecine générale, pour une même prestation, le tarif journalier peut par exemple aller d’environ 500 euros à 2 230 euros pour des types d’établissements ayant des profils assez proches en termes d’activités. Sont concernés autant les grosses structures, type centre universitaire hospitalier (CHU), que les petits hôpitaux.”

Dysfonctionnements

Autres chiffres révélés par 60 millions de consommateurs : “Il faut ainsi savoir qu’avant l’intervention de l’assurance complémentaire, le coût d’un séjour se monte en moyenne à 511 euros (…). Mais on observe que dans 24 % des cas, la facture dépasse ces 511 euros ; dans 10 %, elle est supérieure à 1 300 euros et même à 5 190 euros pour 1 % des séjours. Les patients mal couverts peuvent alors se retrouver avec des restes à charge de plusieurs milliers d’euros en fin de séjour.”

Ces résultats “soulignent des dysfonctionnements réels”, a réagi le ministère de la Santé, jugeant les disparités “inacceptables”. “Pour les établissements où les tarifs journaliers de prestation (TJP) sont manifestement trop élevés, le ministère des Affaires sociales et de la Santé a fait en sorte, dès 2013, que ces tarifs ne puissent plus augmenter”, rappelle aussi le ministère. “Mais il faut aller plus loin”, juge-t-on : “Il s’agit de rappeler les règles de facturation et de s’assurer que les patients sont bien informés en amont sur les conditions financières de leur prise en charge.”

La réduction du reste à charge des patients à l’hôpital est une préoccupation importante du gouvernement”, assure le ministère. En mars, la ministre, Marisol Touraine, avait déjà rappelé à l’ordre les hôpitaux dans une circulaire, leur demandant de faire en sorte de modérer ces écarts.

Acteurs publics…

Posted in Actualité, Article presse | Réagir »

« Posts précédents





Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 4477 articles | blog Gratuit | Abus?