compteur CFTC

Compteur pour blog gratuit

Archives CFTC

Calendrier CFTC

mai 2017
L Ma Me J V S D
« avr    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Wikipédia

Activité du site

WooRank of cftcchsa.blogvie.com

CFTC CHSA

Compteur de visiteurs en temps réel

Jouer sur prizee

Jeux Gratuits et Cadeaux !

Votez

Trafic Booster

FELLERIES-LIESSIES : Obésité, le service médico-diététique

mai 20th, 2017 by cftcchsa

de l’hôpital veut inverser les courbes.

Le service médico-diététique de l’hôpital départemental accueille des patients obèses venant de toute la France pour des programmes de quatre semaines. Dans ce cadre exceptionnel, en plein bocage, une prise en charge pluridisciplinaire est organisée autour de la personne.

Mélanie Véricel est rayonnante et ce n’est pas seulement à cause de cette élégante tenue qui met en valeur ses formes pulpeuses. Cette patiente de Sains-du-Nord, âgée de 61 ans, vient de terminer sa première semaine au sein de l’unité médico-diététique de l’hôpital de Felleries-Liessies et la pesée hebdomadaire lui donne le sourire, l’aiguille penche du bon côté. C’est important pour cette femme en surpoids envoyée ici par son médecin traitant, mais là n’est pas l’essentiel. En venant suivre ce programme de quatre semaines, Mélanie Véricel voulait surtout «  corriger des mauvaises habitudes alimentaires. Si je perds des kilos c’est bien, mais je veux surtout apprendre  ». Au sein d’un groupe où se créent amitié et entraide, dans un cadre naturel exceptionnel, Mélanie Véricel suit une prise en charge diététique, mais aussi des ateliers qui tous participent à la perte de poids : activités sportives (volley, gym, marche nordique, vélo), cours de diététique, cours de cuisine, estime de soi, soins médicaux. Dans ce programme complet, il y a aussi des moments des joyeuses distractions : Mélanie ne manquerait pour rien au monde le karaoké du soir.

b9712059330z1_20170518201102_000grl93d4u13-0.jpg« On ne parle pas de régime »

Mélanie Véricel, patiente orginaire de Sains-du-Nord, apprécie le programme de quatre semaines où elle réapprend les bonnes habitudes alimentaires.

Les mots sont importants pour ces personnes en surpoids fragilisées par des années de régime et des jugements esthétiques qui font mal. «  On ne parle pas de régime, mais de savoir équilibrer  », souligne Mélanie avant de filer rejoindre l’atelier de la fin de journée. On vient de toute la France (même de Guadeloupe) dans ce service très demandé au cœur d’un hôpital différent, car posé au milieu d’une nature luxuriante, apaisante, un cadre propice aux remises en question, à l’oxygénation. Les patients en surpoids, «  avec un IMC supérieur à 30  », précise Marie-Cécile Boutelier, cadre de santé, sont envoyés par les spécialistes en chirurgie cardiologique, traumatologique ou encore bariatrique avant une opération, mais aussi par des médecins traitants.

En quatre semaines, les hommes vont perdre en moyenne 10 kg, 5 kg pour les femmes, mais Marie-Cécile Boutelier ne met surtout pas l’accent sur ce seul indicateur. Pour l’infirmière, le souffle («  ici ils sont obligés de prendre les escaliers  ») et les douleurs comme celles liées à l’arthrose, évalués en début et fin de séjour, sont tout aussi importants. Elle insiste sur le fait que ce programme qui demande du courage n’est pourtant qu’une étape dans un parcours de perte de poids qui s’envisage sur le long terme. Après la bulle de Felleries-Liessies, il y a le difficile retour à la maison. Le service de l’Avesnois organise aussi l’après en sollicitant les réseaux de santé.

Ambiance Colonie de vacances pour les ados

Ces dernières années, Marie-Cécile Boutelier a perçu plusieurs évolutions dans l’obésité. Si elle pointe des pathologies de plus en plus lourdes chez les adultes, des poids records à 250 kg et plus, c’est l’augmentation du nombre d’ados en surpoids qui la marquent le plus.

Des séjours avec des activités adaptées à leur âge (à partir de 15 ans et 3 mois) sont organisés spécialement l’été, durant les vacances scolaires, «  car il est difficile de bloquer quatre semaines durant le temps scolaire  ». Néanmoins certains sont déjà déscolarisés en raison de leur obésité…

Les jeunes sont en groupe, une joyeuse ambiance colonie de vacances règne durant ces séjours où il ne faut pas trop compter sur le wii-fi ou le réseau de téléphonie mobile… La participation aux activités physiques est obligatoire, comme à cette marche hebdomadaire de 9 km. «  J’ai été surprise parfois, certains n’avaient jamais fait de sport  », souligne Marie-Cécile Boutelier.

La voix du Nord…

Posted in Actualité, Article presse | Réagir »

Les hôpitaux parviennent en 2016 à réduire de 38% leur déficit

mai 19th, 2017 by cftcchsa

Grande première depuis 2012, le déficit a cessé de s’aggraver pour diminuer en global à 295 M€, en principal à 529 M€. Et si la capacité d’autofinancement poursuit son repli, l’endettement parvient pour la deuxième année à rester nul.

Si l’on prend l’ensemble des hôpitaux, ceux-ci sont désormais 54% à s’afficher excédentaires, soit 463 établissements (49% en 2015 avec alors 427 hôpitaux)

+1,43% pour la masse salariale, +3,9% pour l’activité

Les recettes de l’Assurance maladie progressent plus vite que les dépenses de personnel (1,94%).

document associé : Le premier bilan financier 2016 des hôpitaux

Posted in Actualité, Article presse | Réagir »

Boire ou conduire, il faut choisir

mai 19th, 2017 by cftcchsa

photo6.jpg

La Sambre du 19 mai 2017…

Commentaire CFTC : le titre est évidemment une boutade, Monsieur DROMBOIS JP aura l’occasion de rencontrer madame BATTEUX C. avec plaisir, ce qui ne saurait tarder !

Posted in Actualité, Article presse | Réagir »

Des tablettes pour diminuer le stress en pédiatrie

mai 19th, 2017 by cftcchsa

photo2-2.jpg

La Sambre 19 mai 2017…

La CFTC du CHSA remercie l’association Event’s Passion pour cette initiative.

Posted in Actualité, Article presse | Réagir »

Des patients ou des clients ?

mai 19th, 2017 by cftcchsa

Le privé en ligne de mire :

photo-4.jpg

photo-2.jpg

photo7.jpgPour les deux syndicats, le groupement hospitalier de territoire permettrait de “piocher dans le personnel d’un hôpital voisin quand un autre manquera de personnel”. C’est pour eux, “la fin du recrutement et la destruction de l’emploi”.

La Sambre du 19 mai 2017…

Posted in Actualité, Article presse | Réagir »

Au centre hospitalier Sambre Avesnois, une journée….

mai 18th, 2017 by cftcchsa

pour comprendre les dangers de l’obésité.

L’hôpital de Maubeuge s’associe à la journée européenne de l’obésité et propose une sensibilisation centrée sur la chirurgie de l’obésité le mardi 23 mai, de 10 h à 16 h 30. Au programme : ateliers de présentation de la maladie, témoignages de patients, rencontres avec le personnel soignant…

chsa1.jpgTout ce qu’il faut savoir sur l’obésité et la chirurgie de l’obésité sera expliqué le 23 mai, toute la journée, à l’hôpital de Maubeuge. Photo SAMI BELLOUMI

L’obésité touche 21,3 % de la population dans le Nord – Pas-de-Calais, contre 15 % au niveau national. Et la Sambre-Avesnois ne fait pas figure d’exception. «  De nombreux patients atteints d’obésité nous consultent tous les jours  », expliquent les docteurs Tafoukt et Mart, respectivement nutritionniste et spécialiste en chirurgie digestive et bariatrique au centre hospitalier de Sambre-Avesnois (CHSA).

Afin de lutter contre cette maladie, que «  certains ne voient pas comme telle  », et à l’occasion de la Journée européenne de l’obésité du 23 mai, le comité de liaison alimentation nutrition de l’hôpital de Maubeuge propose aux Sambriens une journée de sensibilisation axée sur la chirurgie.

Échanges avec d’anciens patients

Dès 10 h, plusieurs ateliers – sur l’équilibre alimentaire, l’activité physique – seront accessibles au public dans le hall d’accueil. Il sera aussi possible de rencontrer d’anciens patients atteints d’obésité, opérés au CHSA. «  Leurs témoignages auront vocation à expliquer que l’opération n’est pas une finalité, souligne le Dr Mart. Un changement d’alimentation avant, pendant et après l’opération est primordial.  »

Le personnel soignant (médecins, psychologue, diététicien, éducatrice médico-sportive…) répondra également aux questions sur l’hospitalisation. Avant une réunion d’information à partir de 14 h, suivie à 15 h d’une marche d’une heure dans la cité du clair de Lune.

Journée européenne de l’obésité, le mardi 23 mai, de 10 h à 16 h 30, au CHSA de Maubeuge. Ouvert à tous. Gratuit. Inscription obligatoire pour la réunion d’information et la marche sur www.ch-sambre-avesnois.fr.

La Voix du Nord…

Posted in Actualité, Article presse | Réagir »

La DGOS invite chaque GHT…

mai 16th, 2017 by cftcchsa

à se doter d’ici l’automne d’”un schéma des mobilités”.

Soucieux d’exposer le cadre juridique afférent aux nouveaux groupements hospitaliers de territoire (GHT), le ministère de la Santé a publié ce 12 mai une instruction. Deux principaux volets y sont passés en revue : les ressources humaines avec l’idée d’adopter un schéma des mobilités ; les achats avec le sort des dispositifs préexistants.

L’objectif affiché est avant tout de faciliter la présentation des réorganisations aux instances des établissements parties et à la conférence territoriale de dialogue social (CTDS). Et pour formaliser les évolutions des métiers mais aussi les déplacements au sein d’un GHT et les éventuels changements de situation administrative, sept éléments doivent incorporer ce schéma, liste la DGOS :

  • les formes de la mobilité ;
  • les catégories d’agents concernés ;
  • les interlocuteurs des agents concernés pour toutes les questions relatives à l’évolution de leur métier, aux déplacements et aux changements de situation administrative ;
  • les projets de service et les fiches ou profils de poste ;
  • les modalités de recueil de l’accord des agents ;
  • le calendrier de mise en œuvre ;
  • les accompagnements proposés.

L’instruction de la DGOS sur les GHT

Posted in Actualité, Informations CFTC, Article presse | Réagir »

Une stratégie de promotion du sud des Hauts-de-France se crée

mai 15th, 2017 by cftcchsa

autour du CHU d’Amiens et de 4 GHT.

Ce 11 mai, le CHU Amiens-Picardie a signé avec quatre GHT du sud des Hauts-de-France une convention d’association. La démographie médicale, la formation et l’enseignement seront au cœur de leurs préoccupations. Le but étant de créer une stratégie commune de promotion du territoire.

Quatre groupements hospitaliers de territoire (GHT) des Hauts-de-France ont fait le choix de s’associer au CHU Amiens-Picardie (Somme). Ce 11 mai, ils y ont signé la convention d’association type. Les GHT Oise-sud, Oise-nord-est, Oise-ouest et Vexin et Aisne-nord construiront donc leur stratégie publique avec l’établissement amiénois, support du groupement Somme-Littoral-sud. Lors d’un point presse, la directrice générale (DG), Danielle Portal, a indiqué que ce choix s’appuie sur des affinités existantes entre les CH et le CHU.

Comme l’a indiqué le président de la commission médicale d’établissement (CME) du Groupe hospitalier du sud de l’Oise (GHPSO), le Dr Frédéric Leclercq, les hôpitaux de Creil et de Senlis (Oise) — qui composent le GHPSO — sont des terrains de stage historiques pour les étudiants de la faculté de médecine d’Amiens. Pour le CH de Saint-Quentin (Aisne), “le débat a été tranché rapidement“, a admis le directeur, François Gauthiez. Au sein du CH, soixante-quinze internes viennent du CHU Amiens-Picardie pour le semestre. “Des liens naturels préexistaient à cette convention, il était logique de conserver ce partenariat“, a-t-il ajouté. Sur le sud des Hauts-de-France, territoire sur lequel s’étend le champ de la convention (lire l’encadré), la majorité des flux de patients se font avec le CHU amiénois. Et sur la formation, il est aussi l’établissement de référence.

Quatre GHT associés au CHU d’AmiensLes Hauts-de-France comptent au total quatorze GHT, dont six dans le sud de la région, soit sur l’ex-Picardie. Quatre se sont associés au CHU Amiens-Picardie. Le GHT Aisne-sud, porté par le CH de Soissons, a quant à lui choisi de s’associer au CHU de Reims (Marne). Les sept autres GHT ont quant à eux choisi de s’associer au CHRU de Lille (Nord) , établissement support du GHT Lille-Métropole-Flandre-intérieure.

Promouvoir le sud des Hauts-de-France

Danielle Portal a rappelé que les points forts et phares de la convention d’association sont pour les cinq GHT ceux de la démographie médicale et de la formation. En effet, quatre champs obligatoires sont prévus par la loi de Santé, à savoir les missions : de référence et de recours, d’enseignement et de formation initiale des professionnels médicaux, de recherche et d’innovation et de gestion de la démographie médicale. “Avec le souhait d’offrir une meilleure qualité des soins ainsi qu’une meilleure accessibilité aux patients“, a noté la DG. Mais ceux cités par la DG sont “au cœur de leurs préoccupations” ainsi que de celles de la population. “Il s’agit de mettre en place une stratégie d’ensemble importante en termes de promotion du territoire sur lequel les jeunes vont pouvoir exercer“, a précisé Danielle Portal. Dans ce cadre, des postes d’assistants partagés entre le CHU et les établissements des GHT associés seront déployés. La DG a aussi cité les postes en post-internat qui ont conduit 75% des jeunes médecins en ayant bénéficié à rester dans l’établissement dans lequel ils étaient affectés à temps partagé. Et sur les 25% restants, “la moitié ont fait le choix de rester en Picardie“, a-t-elle noté. “En termes de mesure du succès, le dispositif s’est avéré plus que payant“, a souligné Danielle Portal. Par conséquent, s’il concerne peu de postes actuellement, l’ambition est de le rendre plus important, a-t-elle confié.

Stratégie de GPEC commune

Sur le sujet de la démographie médicale, “enjeu majeur dans une région sinistrée“, comme il est indiqué dans la présentation, “nous allons construire une stratégie de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences entre le CHU et les quatre GHT dans le but d’offrir une perspective de travail dans ces territoires“. Sur ce point, un premier recensement des besoins à cinq ans a déjà été réalisé. Les modalités de recrutement au sein et entre les GHT seront harmonisées et les projets professionnels des jeunes seront soutenus. La carrière hospitalière sera valorisée et les portes du CHU seront ouvertes aux médecins des hôpitaux des GHT associés afin de réponde à leurs besoins de formation spécialisée et les fidéliser dans les établissements. Pour ce qui est du champ formation initiale et enseignement, les nouvelles technologies seront mises au service des étudiants en médecine dans tout le sud de la région (visioconférence, Simusanté…). Un travail “concret” sur les conditions d’accueil des internes et des étudiants en médecine sera mené dans les établissements des quatre groupements.

Miser sur le développement de la recherche

s’impose aussi comme un moyen d’offrir aux jeunes médecins des conditions de travail optimales et attractives, a indiqué Danielle Portal. Concrètement, une stratégie et une politique de recherche et d’innovation territoriale seront définies. L’association des quatre GHT au CHU permet en outre de créer une masse critique pour faciliter l’obtention de financements pour les projets de recherche, notamment internationaux, a souligné la DG. Un exercice de la recherche sera proposé aux praticiens et les groupements pourront bénéficier de l’expertise méthodologique et opérationnelle du CHU afin de les soutenir dans leurs projets de recherche. Une plateforme de recherche territoriale, avec une gouvernance collégiale, devrait voir le jour. Le dernier champ de la convention, de référence et de recours, est celui sur lequel les signataires de la convention ont pour le moment le moins avancé. Si les GHT ont défini des parcours patients et des filières de soins, ils doivent être complétés par une stratégie d’hyperrecours garantissant aux patients de ces territoires l’accès à l’expertise du CHU. Ainsi, pour chaque GHT et en fonction de ses besoins, des parcours personnalisés seront construits. La télémédecine s’intègre dans ce champ ainsi que l’organisation de la gradation des soins par discipline.

Publié le 12/05/17 - HOSPIMEDIA

Posted in Actualité, Article presse | Réagir »

Les docteurs de l’hôpital réclament

mai 15th, 2017 by cftcchsa

le retour de la première année de médecine.

La fameuse première année commune aux études de santé, sésame pour l’entrée en médecine, sera supprimée à Boulogne, à la rentrée. Une décision entérinée par le conseil de faculté de la fac de Lille, en novembre, qui avait fait bondir les élus. 

Réunis mercredi au centre hospitalier de Boulogne-sur-Mer, docteurs et professeurs des CH de Boulogne, Calais et du Centre hospitalier universitaire de Lille (CHU) ont évoqué le sujet sensible de la PACES.

Mercredi, le directeur de l’hôpital de Boulogne, Yves Marlier, disait son «  regret  » d’une telle décision : «  C’est un chantier qu’il faudra rouvrir. C’est un facteur facilitant pour irriguer de nouveau les territoires. »

docteurs.jpgSur soixante-dix-neuf inscrits à Boulogne, vingt ont décroché leur PACES en 2016, dont dix qui ont pu intégrer médecine à Lille. PHOTO « LA VOIX DU NORD »

« C’est un sujet sur lequel il faudra revenir »

Le Pr François-René Pruvot du CHU de Lille ajoutait : «  Dans l’année post-bac, il y a un déchet dans toutes les filières. C’est dans la filière de la santé que c’est le plus élevé. Comment amortir ce choc presque socioculturel à des jeunes gens qui viennent de quitter le lycée, alors qu’ils n’ont pas encore définitivement choisi leur orientation et comment le faire avec le plus de douceur et le moins de coûts pour les familles ? C’était ça l’expérience de la PACES. C’est un sujet sur lequel il faudra revenir. Espérons que cette expérience que nous avons initiée avec l’ancien doyen puisse se prolonger. »

Tous regrettaient aussi que Didier Gosset, le doyen de la faculté de Lille, ne soit pas présent ce jour-là, date de la signature d’une convention entre l’ensemble de ces partenaires pour assurer la continuité de la qualité des soins des patients.

La Voix du Nord…

Posted in Actualité, Article presse | Réagir »

La première circulaire tarifaire allège l’étau sur la masse salariale :

mai 13th, 2017 by cftcchsa

La première circulaire tarifaire 2017 des établissements de santé détaille par le menu un exercice budgétaire qui parvient à ramener à +2% l’évolution de la masse salariale après deux années noires à +1,5%.

Cela permet de tenir compte de l’impact des mesures salariales que sont le dégel indiciaire et le protocole sur les parcours professionnels, les carrières et les rémunérations (PPCR) dans la fonction publique, le plan attractivité pour les médecins, etc.

Lien : La première circulaire tarifaire, celle sur le Fmespp et leurs annexes

Posted in Actualité, Article presse | Réagir »

« Posts précédents



Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 6555 articles | blog Gratuit | Abus?