compteur CFTC

Compteur pour blog gratuit

Archives CFTC

Calendrier CFTC

août 2016
L Ma Me J V S D
« juil    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Wikipédia

Activité du site

WooRank of cftcchsa.blogvie.com

CFTC CHSA

Compteur de visiteurs en temps réel

Jouer sur prizee

Jeux Gratuits et Cadeaux !

Votez

Trafic Booster

Météo

météo Maubeuge

CNRACL : validation des années d’études d’infirmier, de sage-femme et d’ assistant social

août 22nd, 2016 by cftcchsa

Faisant suite à la décision du Conseil d’Etat en date du 12 février 2016 qui a considéré que la délibération du 31 mars 2004 du conseil d’administration de la CNRACL relative à la validation des années d’études d’infirmier, de sage-femme et d’assistant social était illégale, ce décret définit les règles de validation auprès de la CNRACL de ces périodes d’études (modification des articles 8, 50 et 51 du décret n° 2003-1306 du 26 décembre 2003)

Ce décret ne sécurise que les demandes de prise en compte des années d’études dont la validation n’a pas encore été notifiée au fonctionnaire au lendemain de la publication du décret.

Le dossier de demande de validation des périodes d’études incombe au premier employeur qui a titularisé le fonctionnaire.

A l’instar des périodes accomplies en qualité de non titulaire, la validation de ces années d’études n’est pas possible pour les fonctionnaires titularisés après le 1er janvier 2013.

Vous trouverez, en cliquant ici, ce décret…

Posted in Infirmières LMD, Actualité, Informations CFTC, Tracts | Réagir »

Non à l’Ordre Infirmier:

juillet 1st, 2016 by cftcchsa

L’Intersyndicale à l’Elysée

Non à l’Ordre Infirmier: L’Intersyndicale à l’Elysée

L’intersyndicale anti-ordre infirmier a été reçue à l’Elysée

Après plus de 10 ans d’existence, l’Intersyndicale anti-ordre infirmier (CGT-CFDT-FO-SNICS FSU-SUD-CFTC et UNSA Santé et Sociaux) a été reçue le 29 mars 2016 pour la première fois à l’Elysée par le Conseiller Social du Président de la République.
Durant cet entretien, l’intersyndicale a exprimé sa position récurrente de refus de l’ONI soutenue par l’immense majorité de la profession ainsi que sa colère suite au maintien de cet Ordre dans la loi portant modernisation du système de Santé, et ce malgré les engagements politiques tenus notamment par la Ministre de la Santé lors de ses discours à l’Assemblée Nationale.
Force de propositions, l’intersyndicale a profité de cette rencontre pour réaffirmer ses alternatives concrètes présentées lors de son audition auprès de la Commission des Affaires Sociales du Parlement. A savoir notamment :
•    Que les missions aujourd’hui dévolues à l’Ordre par le législateur soient confiées au Haut Conseil des Professions Paramédicales, dans le champ des tutelles publiques ;
•    Que les salarié(e)s de l’Ordre soient réaffecté(e)s dans des emplois du public en accompagnement des missions ;
•    Que l’adhésion puisse être rompue au choix du salarié comme une rupture de contrat, avec une possibilité de désaffiliation.
Le représentant du Palais de l’Elysée s’est déclaré attentif à la résistance exprimée par les professionnels-les infirmiers-es dans la non adhésion à la structure ordinale.
Dès lors, l’intersyndicale appelle les professionnels-les à continuer la résistance.
Faute d’une réponse satisfaisante du gouvernement dans les décrets d’application de la loi santé, la construction d’un mouvement d’ampleur sera envisagée.

Posted in Infirmières LMD, Actualité, Informations CFTC, Positions CFTC | Réagir »

Infos : Ordre National Infirmier

mai 22nd, 2016 by cftcchsa

Code de déontologie infirmier : trop restrictif et archaïque pour l’Autorité de la concurrence

Saisi par le ministère de la Santé, l’autorité administrative indépendante vient de rendre un avis défavorable sur le projet de décret relatif au code de déontologie de la profession infirmière. Toutefois, cela ne devrait pas empêcher la publication du texte dans quelques semaines.

Dans un avis rendu mercredi 11 mai, l’Autorité de la concurrence « émet de fortes réserves sur plusieurs dispositions du projet de code de déontologie des infirmiers, rédigé par l’Ordre national des infirmiers ». Rappelons que l’expertise de l’Autorité ne concerne que le volet libéral. Saisi en février par le ministère de la Santé, qui avait été contraint par le Conseil d’État de publier le texte avant le 31 décembre dernier sous peine d’une amende de 500 euros par jour de retard, l’instance a donc émis un avis défavorable et recommande plusieurs aménagements au texte.

“Copier-coller”

Au rang des griefs, les experts jugent que les rédacteurs du projet de code ont « beaucoup trop procédé́ par reproduction pure et simple des dispositions contenues dans d’autres codes de professions de santé, en retenant souvent les formules les plus restrictives sinon parfois les plus archaïques, de chacun d’entre eux ». Or, soulignent-il, « compte tenu du besoin croissant de soins à domicile lié au vieillissement de la population et au développement des soins ambulatoires, il existe pour les infirmiers libéraux une opportunité pour développer leur activité ».

« Nous avons dénoncé ce copier-coller il y a des années. Nous sommes donc très satisfaits que ce soit une autorité officielle qui fasse le même constat », déclare Hugues Dechilly, secrétaire général du syndicat anti-ordre Résilience.

Lever l’interdiction du salariat

L’Autorité formule plusieurs recommandations pour faciliter l’exercice libéral des infirmières. Elle suggère d’autoriser les Idel à communiquer sur leur spécialité, notamment via Internet, et de permettre aux remplaçantes de suppléer plus de deux Idel en même temps. La période de deux ans pendant laquelle un remplaçant ne peut concurrencer l’Idel qu’il a remplacé ne devrait s’appliquer qu’en cas de remplacement d’au moins 3 mois (la mention “consécutifs ou non” serait supprimée), d’après les experts.

L’autorité administrative indépendante propose de supprimer la mention relative à la baisse des tarifs, jugée non pertinente puisque la quasi-totalité des libéraux sont conventionnés par la Sécurité sociale. Elle plaide également pour l’assouplissement des règles qui régissent l’ouverture des cabinets secondaires et l’installation géographique d’un cabinet. Elle souhaite que le nombre de collaborateurs par cabinet puisse être augmenté -il est limité à un actuellement- et que soit levée l’interdiction faite aux Idel de salarier un autre professionnel de santé (IDE, AS, auxiliaire de puériculture, aide médico-psychologique).

Avis consultatif

L’Ordre des infirmiers dit prendre acte des recommandations. Dans un communiqué publié hier, son président, Didier Borniche, indique qu’elles vont être soigneusement examinées « afin d’envisager d’éventuelles évolutions de notre projet ». Quoi qu’il en soit, l’avis de l’Autorité de la concurrence étant consultatif, le projet de texte devrait être soumis dans les prochaines semaines, en l’état, au Conseil d’État. « Et si aucune disposition n’est contraire à la légalité, il pourrait être publié avant l’été. Ensuite, rien n’empêchera l’Ordre d’aménager son contenu », explique Yann de Kerguenec, directeur des affaires juridiques de l’ordre.

De son côté, Philippe Tisserand, président de la Fédération nationale des infirmiers (FNI), ne se dit « pas surpris » par la position de l’Autorité. Il retient notamment que cette dernière a entendu sa demande que les Idel puissent avoir plusieurs collaboratrices afin d’assurer la continuité des soins et aussi qu’elles puissent assurer la publicité pour valoriser leur spécialité et compétences propres. En revanche, le syndicat se dit farouchement opposé à faire sauter le cadre qui fixe les tarifs, « même s’ils sont conventionnés ». Dans la même veine, la FNI se dit très attachée à la limitation des remplacements à deux Idel.

Les discussions autour du code sont loin d’être clauses. Philippe Tisserand se dit d’ailleurs prêt à rencontrer l’ONI et les autres syndicats de la profession pour faire avancer ce dossier, qui demeure plus que jamais épineux.

picto_ordre.jpg

Extrait de l’avis de l’autorité de la concurrence :

54.L’inscription au tableau de l’ONI est une condition légale d’exercice de la profession, en application de l’article L. 4311-15 du CSP.

55.Or, selon la direction générale de l’offre de soins (ci-après, la « DGOS »), le nombre des infirmiers inscrits à l’ONI s’élève à 180.000 (dont 14.139 nouveaux inscrits entre le 1er janvier et le 30 octobre 2015), ce qui représente environ 30 % des infirmiers en exercice.

56. Selon l’ONI, qui dispose d’estimations distinctes, 190.000 infirmiers sont inscrits sur une profession estimée par l’ONI à 450.000 à 500.000, soit près de 40 % des infirmiers. Cet Ordre est, en nombre d’inscrits, le second Ordre de France.

57. Les raisons pour lesquelles tous les professionnels ne sont pas inscrits sont nombreuses. La première a été la cotisation, fixée à 75 euros pour tous les professionnels, sans pondération entre les salariés et les libéraux (qui n’ont pas le même pouvoir d’achat) ; ce montant a finalement été modulé selon le statut de l’infirmier.

58. Se sont ajoutés des problèmes de gestion ayant mené l’ONI à une situation proche de la cessation de paiement. Grâce à un plan de restructuration, l’ONI est en voie d’apurement de la dette, la dernière annuité sera réglée en 2017.

59. Ces difficultés, qui ont conduit à envisager la disparition de l’ONI, ont finalement été résorbées et le dialogue entre l’ONI, le pouvoir politique et la profession a été rétabli. Les débats parlementaires à l’Assemblée Nationale et au Sénat sur le projet de loi de modernisation du système de santé ont toutefois conduit à une suppression de l’ONI en première lecture, montrant que de nombreuses interrogations subsistent sur l’adaptation d’une structure ordinale à la profession d’infirmier. Rétabli en deuxième lecture, l’ONI entend rappeler que l’inscription est obligatoire.

60. Dans ce contexte, les 300.000 infirmiers, qui ne sont pas inscrits au tableau, pourraient être considérés comme étant en situation d’exercice illégal.

61. L’ONI tente de régulariser cette situation : s’agissant des salariés, l’ONI réclame la publication d’un projet de décret prévoyant une préinscription par l’employeur d’un infirmier (comme cela sera prochainement le cas pour les masseurs-kinésithérapeutes). C’est d’ailleurs dans l’intérêt des employeurs, qui peuvent être poursuivis pour complicité d’exercice illégal de la profession.

62. S’agissant des infirmiers libéraux, une instruction devrait être adressée pour que les textes soient respectés strictement, c’est-à-dire que les infirmiers ne puissent être conventionnés par la CNAM que s’ils sont inscrits à l’ONI. Enfin, l’ONI peut déposer des plaintes pour exercice illégal de la profession infirmière, ce qui a été fait, mais sans qu’une suite…..

SOURCE http://www.espaceinfirmier.fr/actualites/au-jour-le-jour/articles-d-actualite/160512-code-de-deontologie-infirmier-trop-restrictif-et-archaique-pour-l-autorite-de-la-concurrence.html?utm_campaign=3896669&utm_content=12524086061&utm_medium=email&utm_source=SmartFocus

Posted in Infirmières LMD, Actualité, Article presse | Réagir »

L’intersyndicale anti-ordre infirmier a été reçue à l’Elysée

avril 18th, 2016 by cftcchsa

Après plus de 10 ans d’existence, l’Intersyndicale anti-ordre infirmier (CGT-CFDT-FO-SNICS FSU-SUD-CFTC et UNSA Santé et
Sociaux) a été reçue le 29 mars 2016 pour la première fois à l’Elysée par le Conseiller Social du Président de la République.
Durant cet entretien, l’intersyndicale a exprimé sa position récurrente de refus de l’ONI soutenue par l’immense majorité de la profession ainsi que sa colère suite au maintien de cet Ordre dans la loi portant modernisation du système de Santé, et ce malgré les engagements politiques tenus notamment par la Ministre de la Santé lors de ses discours à l’Assemblée Nationale.
Force de propositions, l’intersyndicale a profité de cette rencontre pour réaffirmer ses alternatives concrètes présentées lors de son
audition auprès de la Commission des Affaires Sociales du Parlement. A savoir notamment :
- Que les missions aujourd’hui dévolues à l’Ordre par le législateur soient confiées au Haut Conseil des Professions Paramédicales, dans le champ des tutelles publiques ;
- Que les salarié(e)s de l’Ordre soient réaffecté(e)s dans des emplois du public en accompagnement des missions ;
- Que l’adhésion puisse être rompue au choix du salarié comme une rupture de contrat, avec une possibilité de désaffiliation.
Le représentant du Palais de l’Elysée s’est déclaré attentif à la résistance exprimée par les professionnels-les infirmiers-es dans
la non adhésion à la structure ordinale.
Dès lors, l’intersyndicale appelle les professionnels-les à continuer la résistance.
Faute d’une réponse satisfaisante du gouvernement dans les décrets d’application de la loi santé, la construction d’un mouvement d’ampleur sera envisagée.

Posted in Infirmières LMD, Actualité, Informations CFTC, Tracts, Positions CFTC | Réagir »

Infos Ordre National Infirmier

avril 11th, 2016 by cftcchsa

Abrogation de l’ordre infirmier : le retour…

L’intersyndicale anti-ordre ne renonce pas. Reçue à l’Élysée le 29 mars dernier, une délégation a notamment demandé que les missions concernant les salariées soient transférées au Haut conseil des professions paramédicales.

no_antiordre.jpg

On pensait le sujet épuisé depuis la promulgation, en janvier dernier, de la loi relative à la modernisation du système de santé ; un texte qui réaffirmait, entre autres, la légitimité de l’Ordre national des infirmiers (ONI) et ses prérogatives. Il n’en est rien. Loin de désarmer même, l’intersyndicale (1) anti-ordre revient à la charge. Reçue à l’Elysée par le conseiller social de la présidence le 29 mars, elle « a exprimé sa position récurrente de refus de l’ONI soutenue par l’immense majorité de la profession ainsi que sa colère suite au maintien de cet ordre dans la loi […] et ce, malgré les engagements politiques tenus notamment par la ministre de la Santé lors de ses discours à l’Assemblée nationale », indique-t-elle dans un communiqué commun publié au lendemain de sa rencontre élyséenne.

Pour Christian Cumin, secrétaire général adjoint CFTC secteur public santé-sociaux, qui a participé à la rencontre, la coupe est pleine. « Des infirmières reçoivent des rappels à cotisation sur cinq ans, alors que le décret d’application encadrant l’obligation d’adhésion contenu dans la loi de 2006 qui portait création de l’Ordre n’a jamais été publié ! »

Alternatives

Pour nourrir le débat, l’intersyndicale, qui s’est formée en 2006, et ne s’est jamais désolidarisée depuis, n’est pas venue les mains vides. Elle propose ainsi pour les infirmières salariées : que les missions dévolues à l’Ordre par le législateur soient confiées au Haut conseil des professions paramédicales ; que les salariés de l’Ordre soient réaffectés dans des emplois du public en accompagnement des missions ; et enfin que l’adhésion puisse être rompue au choix du salarié comme une rupture de contrat, avec une possibilité de désaffiliation. Si, selon l’intersyndicale, le conseiller social s’est montré attentif à la résistance de la profession contre l’adhésion à l’Ordre, rien de concret n’est sorti de cette rencontre attendue pourtant depuis dix ans…

Mise sous pression

Ainsi les syndicats anti-promettent-ils, que faute d’une réponse satisfaisante du gouvernement dans le report sine die du décret encadrant l’obligation d’adhésion et celui concernant le code de déontologie, « la construction d’un mouvement d’ampleur sera envisagée. » Et Christian Cumim de déclarer : « Puisque pèsent sur les infirmières qui refusent d’adhérer à l’Ordre des sanctions pour exercice illégal de la profession, les appeler à cesser le travail durant 24 heures montrera que sans elles à leur poste toute la chaîne du soin sera paralysée. On va mettre la pression. » L’intersyndicale s’est donné un mois avant de passer à l’action.                                 

(1) CGT-CFDT-FO-SNICS FSU-SUD-CFTC-UNSA santé et sociaux.

http://www.espaceinfirmier.fr/actualites/au-jour-le-jour/articles-d-actualite/

Posted in Infirmières LMD, Actualité, Informations CFTC, Positions CFTC | Réagir »

Intersyndicale Anti-ordre infirmier

mars 1st, 2016 by cftcchsa

Vous le savez sans doute, l’ONI est en passe d’être reconnu par le Gouvernement via la loi de santé de Marisol Touraine.
Néanmoins et pour aller jusqu’au bout de la procédure de contestation de cette décision, l’intersyndicale a demandé audience auprès du Président de la République afin de lui faire part des réflexions de l’intersyndicale concernant l’ONI.
Nous venons de recevoir un courrier du chef de cabinet de l’Elisée, invitant l’intersyndicale à s’entretenir sur ce sujet avec le professeur Olivier Lyon-Caen conseiller santé et Michel Yahiel  conseiller social.
L’intersyndicale regroupe les organisations syndicales CFDT, CFTC, CGT, FO, Snics-FSU, SUD et Unsa.
C’est Christian Cumin qui représentera la Fédération au sein de cette délégation.

Posted in Infirmières LMD, Actualité, Tracts, Positions CFTC | Réagir »

Le code de déontologie des infirmiers sera publié “au plus tard” en septembre 2016

février 12th, 2016 by cftcchsa

Le texte est attendu par la profession depuis plus de cinq ans. Le Haut Conseil des professions paramédicales a rendu un avis favorable, ce 4 février, sur le projet de décret portant sur le code de déontologie des infirmiers. Un projet remanié par la DGOS en concertation avec l’Ordre infirmier. Sa publication est prévue pour cet été.

Les infirmiers devraient disposer d’un code de déontologie avant la fin de l’année. Un projet de décret en ce sens a été présenté au Haut Conseil des professions paramédicales (HCPP) ce 4 février. Il a recueilli quinze voix pour, dix voix contre et trois absentions. C’est donc un avis favorable qu’a rendu le HCPP sur ce projet présenté par la Direction générale de l’offre de soins (DGOS). Une nouvelle étape vers la promulgation de ce texte, attendu depuis plusieurs années. La loi du 21 décembre 2006 portant sur la création de l’Ordre national infirmier (Oni) précise en effet la nécessité d’un code de déontologie, “préparé par le Conseil national de l’ordre des infirmiers (CNOI), […] édicté sous la forme d’un décret en Conseil d’État. Les dispositions de ce code concernent les droits et devoirs déontologiques et éthiques des infirmiers dans leurs rapports avec les membres de la profession, avec les patients et avec les membres des autres professions de la santé.” Cinq ans plus tard, alors que les masseurs-kinésithérapeutes et les pédicures-podologues disposent désormais de leur propre code, celui des quelque 190 000 infirmiers inscrits à l’ordre n’est toujours pas publié. La profession est d’ailleurs toujours régie par des règles édictées en 1993.

Plus de cinq années d’attente

Afin d’accélérer le mouvement, l’ordre a déposé un recours auprès du Conseil d’État. Et par décision en date du 20 mars 2015, l’instance a annulé le refus implicite du Premier ministre de prendre le décret portant sur le code de déontologie infirmier. Il a donc enjoint ce dernier de prendre en Conseil d’État ce décret avant le 31 décembre 2015, prévoyant aussi la mise en place d’une astreinte de 500 € par jour de retard, à compter du 1er janvier 2016. “Pour l’instant nous n’avons pas exigé cette astreinte, nous verrons en fonction de l’évolution de ce dossier ce que nous ferons“, confie le président de l’Oni. Didier Borniche explique : “le texte a pris du retard lié à l’attente de la position des parlementaires dans le cadre de la loi de Santé. Mais cette loi a finalement conforté l’Oni dans son existence.” Le processus de publication du code a donc repris et le texte a pu être retravaillé “sur le plan juridique et technique“. C’est ce que confirme la fiche de présentation proposée ce 4 février par la DGOS au HCPP. “Des travaux ont été engagés dès le début du mois de janvier 2016 avec le CNOI. À cette occasion, des observations de fonds et de forme précises ont été exposées par la DGOS, tout comme l’absence de dispositions transitoires permettant de sécuriser le passage d’un dispositif (règles professionnelles) à l’autre (code de déontologie)“, détaille la fiche. À la suite de ces échanges, un nouveau projet de code a été transmis par l’Oni à la DGOS, le 14 janvier dernier.

Règles et dispositions transitoires

Le projet reprend l’architecture et les grands principes publiés dans les règles de la profession de 1993, avec toutefois une actualisation liée aux évolutions législatives et réglementaires. Il ajoute certaines prérogatives “telles que la gestion des autorisations de remplacement et des demandes d’exercices multi-sites mais également la possibilité de vérifier la conformité des contrats d’exercice, qui lui sont soumis pour avis, aux principes fixés par le présent code de déontologie notamment par le biais des clauses essentielles des contrats-type que le CNOI pourra désormais établir“, détaille la fiche de la DGOS. Secret professionnel, protection des données, indépendance, non discrimination, qualité et sécurité des soins, cumul des activités, installation adaptée et hygiène… le projet regroupe une centaine d’articles. Il contient bien – fruit des échanges avec la DGOS – des dispositions transitoires afin “de sécuriser la période de transition s’agissant de l’application de ce nouveau code de déontologie et le transfert de certaines compétences de l’ARS vers les conseils de l’ordre compétents“.

Après l’avis favorable recueilli au sein du HCPP, c’est au tour de l’Autorité de la concurrence d’examiner ce texte. Cela pourrait prendre plusieurs mois… “Les instances consultatives ont un délai. Nous respectons ce délai“, note Didier Borniche. Après avis de l’autorité, le projet de décret reviendra au Conseil d’État. Le président estime que “si tout va bien“, le texte pourrait être publié au Journal officielavant les grandes vacances“. Au plus tard, le code de déontologie est attendu pour la rentrée de septembre.

L’Oni toujours contesté

Si le projet de code de déontologie a recueilli un avis favorable auprès du Haut Conseil des professions paramédicales, c’est avec trois absentions. “Nous avons décidé en commun accord avec la CGT de ne pas voter ce texte. La raison est simple : nous ne pouvons pas voter un texte qui conforte l’existence d’un ordre que nous contestons“, résume Didier Birig, représentant de la fédération FO. Une intersyndicale, formée de la CFDT Santé sociaux, de la CGT, de FO, de Sud Santé sociaux, de la CFTC, de l’Unsa et du Syndicat des infirmiers conseillers de santé (Snics) a d’ailleurs adressé le 2 février une lettre au président de la République. Dans ce courrier, l’intersyndicale évoque la situation des infirmiers : “nombreux sont ceux qui, malgré les risques judiciaires qu’ils encourent, réaffirment leur refus de régler une cotisation ordinale, ne se reconnaissant pas dans cet organisme“, détaille Didier Birig. L’intersyndicale y demande surtout une entrevue avec François Hollande, relative à l’Oni. Pour l’heure, ce courrier est resté sans réponse.

Posted in Infirmières LMD, Actualité, Article presse | Réagir »

Le syndicat Résilience est condamné à verser la somme de 3000€ à l’Ordre national des infirmiers

septembre 30th, 2015 by cftcchsa

 hospimedia.jpg

Le syndicat d’infirmiers Résilience, ainsi que son secrétaire général, Hugues Dechilly, ont été condamnés par le tribunal de grande instance de Paris, à payer la somme de 3 000 euros (€) à l’Ordre national des infirmiers (Oni). Une ordonnance de référé a été rendue par le tribunal le 15 septembre 2015. L’Oni a assigné le syndicat par actes des 1er et 3 juillet 2015, dans le but d’ordonner la fermeture du site Internet de Résilience et de supprimer “toutes les mentions qui pourraient inciter les internautes à ne pas s’inscrire auprès de l’ordre et/ou à ne pas procéder au règlement de la cotisation ordinale”.

Dans un communiqué envoyé à la presse le 25 septembre, l’ordre s’explique : “Le syndicat Résilience, dont le nombre d’adhérents déclarés est de 127, et son secrétaire général, M. Dechilly, appellent dans certains de leurs écrits notamment sur le site Internet du syndicat à la désobéissance et au non-respect de la loi en demandant aux infirmiers de ne pas s’inscrire au tableau de l’ordre ou pour ceux qui sont déjà inscrits de ne pas payer leur cotisation alors que la loi rend son paiement obligatoire.” L’Oni sollicitait par ailleurs 5 000 € au titre des dommages et intérêts et 3 000 € au titre de l’article 700 du Code de procédure civile. Le tribunal a rejeté le paiement de dommages et intérêts mais l’Oni a obtenu gain de cause dans le cadre de la référence au Code de procédure pénale.

Le tribunal a également enjoint Hugues Dechilly et le syndicat Résilience de supprimer du site toutes les mentions auxquelles l’Oni fait référence. Dans l’ordonnance de référé, dont Hospimedia a eu copie, le tribunal y indique que “ces suppressions interviendront dans le délai de dix jours à compter de la signification de la présente ordonnance, sous astreinte de 500 € par jour de retard passé ce délai, astreinte qui courra pendant un mois.” L’ordonnance ayant été rendue le 15 septembre, Résilience avait donc jusqu’au 25 septembre pour supprimer ses publications. Contacté par Hospimedia, le syndicat affirme, par la voix de son secrétaire général, “continuer le combat”. “Le tribunal a décidé de ne pas fermer le site. L’Oni a déjà échoué à nous dissoudre. On ne baissera pas les bras…”, confie Hugues Dechilly. “Autant d’acharnement contre Résilience montre que l’on dérange”, conclut-il.

cftc-difference.jpg

Hospimédia…

Posted in Infirmières LMD, Actualité, Article presse | Réagir »

L’Ordre national des infirmiers est reçu par Marisol Touraine

juin 18th, 2015 by cftcchsa

Bref sanitaire national Ordre infirmier - Marisol Touraine / Publié le 08/06 - HOSPIMEDIA

Didier Borniche, président de l’Ordre national des infirmiers (Oni), a été reçu ce 8 juin par Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes. Les discussions ont notamment porté sur l’avenir de l’institution ordinale, indique Didier Borniche à Hospimedia. Pour mémoire, les députés ont adopté un article additionnel au projet de loi de Santé en faveur de la suppression de l’Oni dans la nuit du 9 au 10 avril dernier. La ministre a de nouveau exprimé “le soutien du Gouvernement au rétablissement juridique de l’ordre“, rapporte son président. Elle s’est “engagée à faciliter le dialogue avec les députés pour que, lors d’une audition, l’ordre puisse présenter ses actions, poursuit-il. La ministre a mis l’accent sur le fait que la gouvernance de l’institution avait changé en profondeur et qu’il fallait en tenir compte.” Dans un premier temps, l’Oni place sa confiance dans le Sénat qui “rétablira les chosesvia un “amendement de restauration” de l’ordre. Didier Borniche et son équipe ont sinon exprimé à la ministre leur soutien à l’article 30 du projet de loi de Santé sur les pratiques avancées.

Posted in Infirmières LMD, Actualité, Article presse | Réagir »

Le vote des députés en faveur de la suppression de l’Ordre infirmier provoque une pluie de réactions

avril 17th, 2015 by cftcchsa

De nombreux représentants de la profession infirmière expriment leur consternation après le vote des députés dans la nuit du 9 au 10 avril d’un amendement visant à supprimer l’Ordre national des infirmiers (Oni). À l’inverse, l’intersyndicale CFTC-CFDT-CGT-Snics-FSU-Sud Santé-Unsa se félicite de ce vote.

Le vote des députés pour la suppression de l’Ordre national des infirmiers (Oni) pendant l’examen de la loi de Santé à l’Assemblée nationale, dans la nuit du 9 au 10 avril, suscite une avalanche de réactions parmi les représentants de la profession. Via des communiqués, ils se disent tour à tour choqués, consternés ou méprisés. Ainsi, l’Académie des sciences infirmières exprime sa consternation et dénonce ce vote “en comité réduit à 19 voix contre 10 sur 577 députés soit 5% de l’hémicycle“. Selon l’académie, l’ordre “est d’autant plus incontournable que la profession arrivait enfin à sa reconnaissance dans ses compétences et son expertise (masters pour les spécialités, nouveaux métiers, reconnaissance du rôle de coordinatrice dans la loi de Santé…)“.

L’infirmière, simple exécutante ?

Le tout jeune Collège infirmier français (Cif) dont fait partie l’ordre se demande si l’on ne chercherait pas à “museler” la profession infirmière. “Vouloir abroger l’Ordre des infirmiers, c’est souhaiter réduire l’infirmière à une simple exécutante“, estime-t-il. “Aujourd’hui la pratique avancée fait enfin l’objet d’un projet en France, poursuit-il. C’est dans ce même temps que l’on souhaite priver la profession de son porte-voix. Un hasard ? Certes non !” Il conclut : “Le Collège infirmier français sait pouvoir compter sur les sénateurs pour faire preuve de sagesse afin de maintenir un Ordre des infirmiers au service de la population et de la profession.”

Ils demandent aux sénateurs d’annuler cette suppression

Dans un communiqué commun, le Comité d’entente des formations infirmières et cadres (Cefiec) et l’Association nationale des directeurs d’école paramédicale (Andep) “expriment leur consternation et leur incompréhension“. “Que penser d’un amendement voté en pleine nuit par une poignée de députés et balayant d’un revers de la main l’Ordre infirmier institué depuis près de dix ans ?“, s’interrogent-ils. Le corps des infirmiers ne “peut accepter d’être traité avec autant de mépris“, écrivent-ils. Les deux organisations se demandent encore : “Comment expliquer aux 91 000 étudiants en soins infirmiers (…) que leur future profession de grade licence, reconnue d’utilité publique, pour laquelle la future loi de Santé pourrait aboutir à une valorisation des missions notamment liées à l’éducation, la prévention et aux pratiques avancées, va tout simplement régresser et revenir au rang de l’exécution ?” Ils demandent en conclusion aux élus d’”annuler cet amendement“.

Les arguments des députés seraient “fallacieux”

Supprimer l’Ordre, c’est remettre en cause la construction d’une identité professionnelle reconnue par tous au service de la qualité des soins“, selon l’Association française des directeurs des soins (AFDS), à la fois “surprise et consternée” par le vote des parlementaires. “Cela revient à mettre à mal nos valeurs humanistes.” Pour Stéphane Michaud, le président de l’AFDS, “l’Ordre est pour les infirmiers une garantie de leurs compétences et de leur autonomie“.
Démontrant une méconnaissance tant du travail accompli que des travaux freinés par une agitation délétère depuis la création de l’ordre, les arguments énoncés par les députés détracteurs dans la nuit du 9 avril sont non seulement fallacieux mais aussi irrespectueux pour l’engagement sans faille des assistants administratifs, juridiques, nationaux et régionaux et les élus de l’ordre ; fallacieux et irrespectueux pour les professionnels et les étudiants infirmiers“, dénonce quant à elle l’Association nationale française des infirmières et infirmiers diplômés et étudiants (Anfiide).

Appel à soutenir l’ordre

L’Union nationale des associations d’infirmiers de bloc opératoire diplômés d’État (Unaibode) et l’Association des enseignants des écoles d’infirmiers de bloc opératoire (AEEIBO) appellent l’ensemble de la profession à soutenir l’ordre. La présidente de l’Unaibode, Brigitte Ludwig, se dit “outrée de cette décision à l’emporte-pièce (…)“. “Au moment où l’on vient de leur reconnaître la pratique exclusive d’actes prescriptibles par le chirurgien, qu’en sera-t-il de cette garantie de sécurité assurée par l’ordre qui poursuit toutes les dérives encore existantes aujourd’hui ?, interroge-t-elle. Qu’en sera-t-il dans les hôpitaux des circonscriptions de ces députés quand des personnes sans diplôme de bloc assureront le travail de bloc ?“ ”Ce vote à la sauvette est la preuve d’un mépris profond pour notre profession, réagit pour sa part le Syndicat national des professionnels infirmiers (SNPI). À 19, ils s’estiment le droit de détruire une organisation de 168 000 membres comme on écrase un moustique !

Plusieurs syndicats sont, eux, satisfaits

Mais ce vote des députés ne fait pas que des mécontents. Résilience, le syndicat des infirmiers contre l’ordre, est parmi les premiers satisfaits. L’intersyndicale CFTC-CFDT-CGT-Snics-FSU-Sud Santé-Unsa se félicite également de ce vote. “Les parlementaires ont été à l’écoute des femmes et des hommes qui travaillent quotidiennement pour assurer des soins de qualité à la population, malgré des moyens insuffisants octroyés par les politiques de santé“, estime-t-elle. L’intersyndicale “s’offusque” au passage de la position du Gouvernement qui n’a pas soutenu cet amendement. “Lors du salon infirmier en novembre 2013, madame la ministre avait confirmé son intention de rendre facultative pour les salariés l’adhésion à l’Ordre infirmier dans la loi de Santé“, rappelle-t-elle pourtant. Si elle dénonce l’ordre, elle soutient en revanche “une proposition de régulation qui était assurée antérieurement par des structures publiques et qui pourrait être confiée au Haut Conseil des professions paramédicales (HCPP)“. Le syndicat FO a, lui, réagi seul dès le 10.

Un amendement non valable juridiquement selon l’Ordre

L’ordre indique avoir été en contact ces derniers jours avec les services du Premier ministre, du ministère de la Santé et de l’Élysée. Il a reçu l’assurance que le Gouvernement aurait l’intention de soutenir la suppression de l’article 30 bis A issu de l’amendement n° 517 lors de la discussion au Sénat. Dans tous les cas, selon Yann de Kerguenec, directeur juridique de l’Oni, cet article a peu de chance de prospérer car il “n’a aucune valeur juridique“. Il s’explique : “Cet article supprime les articles du Code de la santé publique qui instaurent les instances ordinales mais il ne supprime pas les missions confiées à l’ordre.”

La CFTC du CHSA dit : “enfin, notre combat pour abattre l’Ordre a abouti !”

 

 

 

 

 

Posted in Actualité, Infirmières LMD, Informations CFTC, Tracts, Article presse, Positions CFTC | Réagir »

« Posts précédents



Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 5863 articles | blog Gratuit | Abus?