compteur CFTC

Compteur pour blog gratuit

Archives CFTC

Calendrier CFTC

juillet 2016
L Ma Me J V S D
« juin    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Wikipédia

Activité du site

WooRank of cftcchsa.blogvie.com

CFTC CHSA

Compteur de visiteurs en temps réel

Jouer sur prizee

Jeux Gratuits et Cadeaux !

Votez

Trafic Booster

Météo

météo Maubeuge

VAINCRE LES REMOUS ET GARDER LE CAP

juillet 22nd, 2016 by cftcchsa

La vie syndicale est loin d’être un long fleuve tranquille. L’année (scolaire) qui s’achève en apporte une nouvelle fois la preuve. Et c’est tant mieux, serais-je tenté de dire, cela montre qu’il y a “du grain à moudre”. Ce début 2016 a, en effet, été marqué par les longs et difficiles débats sur la loi Travail portée par la ministre Myriam El Khomri.

Si le projet initial n’était pas acceptable à nos yeux, la version qui – à l’heure où j’écris ces lignes – est sur le point d’être adoptée par recours à l’article 49.3 constitue une avancée pour les travailleurs. Ce texte est plus équilibré et permet, par le compte personnel d’activité notamment, de donner un sens à notre “Statut du travailleur”. 

Tout au long du processus de concertation, qui fut bien réel contrairement à ce que l’on a pu trop souvent lire ou entendre, la CFTC a défendu un positionnement clair et explicite soutenant la branche comme pivot du dialogue social.

Des modifications importantes ont été apportées, parmi lesquelles la précision des thèmes de négociation, qui constituent ainsi autant de garanties applicables à toutes les entreprises relevant d’une même branche. Aux thèmes issus de la loi du 4 mai 2004 (minima salariaux, classifications, mutualisation des fonds FPC, garanties collectives complémentaires) s’en ajoutent deux nouveaux (pénibilité et égalité femmes - hommes). Ces six thématiques forment un ordre public conventionnel de branche (proposition formulée par la CFTC dès le mois de mars) auquel la négociation d’entreprise ne peut déroger et qui s’enrichira branche par branche via des négociations. Il leur appartiendra, en plus des six thèmes, d’en déterminer d’autres sur lesquels les accords d’entreprise ne pourront être moins favorables aux salariés que les dispositions de l’accord de branche.

Si nous sommes parvenus à faire valoir plusieurs de nos propositions, c’est aussi grâce à vous. Toutes les versions successives du projet de loi ont, en effet, été envoyées aux dirigeants des organisations CFTC, accompagnées d’explications. Leurs retours nous ont été précieux pour améliorer nos propres amendements. Nous leur avions également demandé de les défendre devant leurs députés. Certains l’ont fait par écrit, d’autres en les rencontrant. Que tous soient ici remerciés ! Après ces considérations juridiques, il me reste à vous souhaiter un bon été : qu’il vous permette de vous ressourcer et de consacrer du temps à vos proches !

Bernard Sagez
Secrétaire général

Posted in Actualité, Informations CFTC, Positions CFTC | Réagir »

Nouvelle infraction du local CFTC

juillet 15th, 2016 by cftcchsa

Ce jour, à 11 h 30 monsieur HOCHART Alain est arrivé au local et a constaté une nouvelle infraction du local par la même fenêtre que la dernière fois (le 2 juin 2016).

Cette fois ci, rien n’a été volé, à priori et cela a picolé du gros cul rouge et blanc (vidanges en plastic) et mégots de cigarette.

Posted in Actualité, Informations CFTC | Réagir »

Déclaration CFTC - 05 Juillet 2016 (à la CNAMTS)

juillet 15th, 2016 by cftcchsa

Charges et produits pour l’année 2017

AVANT-PROPOS :

Avant tout, la CFTC tient à remercier les équipes de la CNAMTS pour la qualité du document présenté.

Depuis un certain nombre d’années, il existe une forte disparité entre ressources et dépenses au sein de notre système de santé. Au sein de l’Assurance Maladie, qui doit prendre en compte le coût d’innovations de plus en plus coûteuses, cette disparité s’est récemment accrue.

En effet, l’arrivée sur le marché de traitements toujours plus onéreux risque de poser la question de l’accès pour tous.

A ce sujet, la CFTC voit dans ces progrès scientifiques et techniques une source potentielle d’emploi et de meilleure prise en charge des patients.

Cependant, l’arrivée de nouveaux traitements toujours plus onéreux à un rythme toujours plus soutenu risque de poser la question de la sélectivité dans l’absorption et l’accès pour tous aux innovations.

Si nous voulons éviter les logiques de « panier de soins sélectifs » et de durcissement des modalités de financement des nouveaux traitements il faudra aller plus loin dans la recherche de gisements d’économies. Toute la question est donc de mettre notre système de santé en capacité de générer des gains d’efficiences afin de pallier les coûts de ces nouveaux traitements.

Il faudra d’une part, s’appuyer sur les expérimentations de l’Assurance maladie qui ont déjà générée des résultats positifs en termes de gains de productivité. Par exemple, en matière de pénétration des génériques par le biais des actions tiers payant contre générique (2012). La mise sous accord préalable (MASP) avec les établissements qui faisaient peu de chirurgie ambulatoire demande également à être intensifiées.

il faudra, d’autre part,  nous mettre en position d’identifier les futures sources potentielles d’efficience. Notre système de santé manque d’agilité pour pouvoir s’adapter aux nouveaux enjeux sanitaires. Le manque de dispositifs pour identifier les bonnes pratiques entraine des difficultés dans l’accompagnement des changements de prise en charge notamment dans le domaine de la cancérologie. Le document présenté par les services de la CNAMTS met en évidence une inadéquation  des règles de tarification et un accès inégal sur tout le territoire en ce qui concerne la radiothérapie.

-         Prendre le virage ambulatoire

Le développement des alternatives à l’hospitalisation complète fait partie de ces gisements d’efficience. Ces alternatives comprennent l’hospitalisation à temps partiel dont la chirurgie ambulatoire, l’hospitalisation à domicile, une meilleure gestion de la permanence et des structures de soins en aval de l’hôpital.

Dans sa gestion du risque, l’Assurance maladie a déjà mis en œuvre des techniques organisationnelles pour faire progresser l’ambulatoire comme c’est le cas pour l’opération de la cataracte ou le programme Prado (Programme d’accompagnement de retour à domicile).

-         le volet insuffisance cardiaque sera généralisé en 2016

-         le volet BPCO est étendu en 2016, environ 1000 patients seront concernés en 2017 ;

-         le volet plaies chroniques est actuellement en expérimentation sur 10 sites et sera étendu en 2017  suite à une première évaluation ;

Nous  accueillons favorablement ces extensions du PRADO, néanmoins, le développement de la chirurgie ambulatoire reste néanmoins encore trop concentré sur quelques gestes marqueurs. Il faut aller plus loin et cela passe par une réflexion globale qui aille au-delà d’une vision cloisonnée ville-hôpital. En ville, le nombre de spécialités s’est accru dans le prolongement de la spécialisation hospitalière, et les spécialistes ont occupé une place croissante dans les prises en charge ambulatoires. Cependant leur organisation s’est effectuée sur un mode d’exercice libéral isolé ou groupé dans le cadre d’exercice mono-disciplinaire.

Notre organisation n’a cessé d’insister sur ce point : le succès du virage ambulatoire passe par une véritable structuration des soins primaires. La prise en charge de premier recours est hélas encore  peu considérée. Les initiatives et expériences portées par les médecins généralistes ont trouvé leur traduction dans la loi et les textes conventionnels de manières insuffisantes. Il est temps de consolider le positionnement des différents acteurs des soins primaires et l’articulation entre ceux-ci et l’hôpital.

Pour notre organisation, le développement de l’ambulatoire n’a malheureusement que concerné les établissements. Toutes les autres parties prenantes au système ne se sont pas suffisamment mobilisées. En matière de coordination de soins on privilégie davantage les solutions palliatives que structurelles.

La CFTC souhaite de véritable propositions en termes de :

-développement de formes organisées de soins primaires

-développement de structures dotées de moyens techniques de proximité

-développement de regroupements pluri-professionnels dans le champ des soins spécialisés

-développement des interventions à domicile

La proposition de la CNAMTS qui vise au développement d’une filière ambulatoire et hospitalière spécifique pour les patients blessé au pied pour cause de diabète.

-         Optimiser les parcours de prévention et de soins.

Les politiques de prévention continuent de se heurter à des limites conceptuelles. Le modèle sanitaire français a du mal à dégager les bons leviers pour changer efficacement les comportements. Il est en effet difficile d’agir sur le tabagisme, la mauvaise alimentation et la sédentarité dans la mesure où ces comportements sont animés par des ressorts complexes. Mais le véritable problème est que les politiques de prévention menées par l’assurance maladie ne parviennent pas à s’inscrire dans la pérennité.

L’Assurance Maladie a hésité dans ses engagements en la matière, ainsi l’a-t-on vu dans sa mise en place des vitrines santé et prévention, qu’elle a fermées postérieurement jugeant le coût trop élevé. Nous espérons donc que le programme de e-coaching contre le tabagisme ne connaisse pas le même sort.

Là encore on ne peut que regretter l’absence de coordination entre les acteurs. Plus globalement enfin, l’Assurance maladie doit aussi engager une réflexion prospective, sur l’Environnement, la qualité de vie, et les données de santé, afin de documenter plus sérieusement ce sujet, notamment sur la question de la qualité de l’air et de la qualité de l’alimentation, ainsi que sur les questions de santé au travail ;

-développement de prises en charges adaptées pour les patients les plus complexes.

L’allongement de l’espérance de vie s’accompagne d’un accroissement de la fréquence des poly pathologies. Les récentes enquêtes ont révélé la dégradation de l’état de santé et la surmortalité élevée des personnes vivant en EPHAD. Comme vous le savez, le deuxième volet de la loi sur l’adaptation de la société au vieillissement, qui devait traiter notamment des établissements a été quant à lui ajourné « à des jours meilleurs ». Bien évidemment, la CFTC n’a pu que déplorer ce report, la santé des résidents des EPHAD constituant un enjeu majeur de santé publique. Par conséquent, nous nous réjouissons que l’Assurance maladie prenne la main sur cette question restée malheureusement en suspens. Nous accueillons favorablement les modalités de mise en place et de financement d’une «transmission  structurée» entre praticiens lors de l’entrée en EHPAD d’un résident qui change de médecin traitant.

-Améliorer la pertinence et le bon usage des soins.

Le coût des pathologies cardio-neuro-vasculaires a atteint 16,2 milliards d’euros en 2014. On peut encore éviter un nombre important de ré hospitalisation pour ces pathologies en agissant sur les leviers de l’observance thérapeutique et en renforçant les dispositifs de suivi et d’accompagnement.

-Concernant la Liste des Produits et Prestations (LPP).

L’assurance-maladie identifie dans ce rapport que c’est de « plus en plus » sur les médicaments onéreux prescrits par les spécialistes que les enjeux sont importants. Elle espère ainsi réaliser 70 millions d’euros d’économie sur ce poste en 2017. La CFTC a toujours soutenu la recherche d’efficience dans le système néanmoins elle se montre vigilante sur les traductions en objectifs opérationnels à travers la notion de service médical rendu.

Le durcissement récent des critères permettant de figurer sur la « liste en sus » a suscité notre inquiétude et celle des cancérologues. Parmi les anticancéreux mis sur le marché depuis 2012, seuls 27 % ont obtenu une ASMR I, II ou III.

En France, la Haute autorité de santé (HAS) est déjà chargée d’établir des recommandations sur des bénéfices médicaux et économiques des produits, actes, prestations et technologies de santé, en vue de leur admission au remboursement. Néanmoins, il n’existe pas de moyen opérationnel de connaitre le « juste » niveau d’intervention et d’identifier précisément le meilleur traitement avec le service médical rendu le plus haut dans le cas de pathologies aussi complexes que le cancer.

Notamment, il faut tenir compte que les nouveaux traitements offrent des gains en termes de jours de survie, mais pas forcément en termes de guérison, et que cela finit par faire du cancer une maladie qui se chronicise, ce qui est aussi un véritable progrès thérapeutique.

La démarche d’évaluation en termes de vie réelle nous parait à cet égard intéressante à développer. Les études en vie réelle permettent en effet d’évaluer la sécurité et l’efficacité des médicaments sur le très long cours et sur une large population.

La qualité de vie des malades est également un paramètre important dont il faut tenir compte.

Le déremboursement et le rationnement ne doivent pas constituer le mode opératoire notamment devant la complexité des pathologies qui nécessitent des traitements différenciés selon les individus.

L’intégration des progrès techniques dans le panier de soins solidaire constitue le véritable défi de demain. Il faut travailler davantage sur des référentiels méthodologiques avec une évaluation clinique et économique sur la base du prix industriel. 

-prix du médiacement

L’arrivée d’innovations thérapeutiques dans notre système de santé est encore trop subie alors qu’elle devrait être anticipée et planifiée.

Il faut donc renforcer les phases de dialogues précoces entre les autorités publiques sanitaires, les industriels du secteur et y associer les associations de malades afin de mieux appréhender les choix que les laboratoires pharmaceutiques vont faire dans le développement des produits. 

La CFTC se réjouit des propositions N°20 et N°22 qui vont dans le bon sens.

Néanmoins, elle souhaiterait que l’Assurance maladie ait une réflexion plus globale sur le prix et l’arrivée des nouveaux médicaments. Il faut réformer les modalités de fixation des prix des médicaments.  Jusqu’à présent, la politique de réduction des dépenses de médicaments s’est uniquement traduite par des déremboursements  sans réelle évaluation thérapeutique. L’objectivation des prix est un des enjeux d’une meilleure régulation des dépenses de santé. Elle nécessite une transparence accrue. L’association conjointe des entreprises pharmaceutiques, du régulateur national (le Comité économique des produits de santé) et de la société civile permettra de parvenir à un « juste prix ».

-démographie médicale :

Après les critiques exprimées en septembre 2015 par la Cour des comptes sur la progression « non-maitrisée » des dépenses  de soins infirmiers et de masso-kynésithérapie en liberal, nous nous réjouissons  que l’Assurance maladie envisage la mise en place d’un dispositif de régulation démographique des effectifs de kiné, fortement augmentés par la hausse des professionnels formés à l’étranger (+27% des effectifs).

Néanmoins, nous regrettons que le document n’aborde que de manière marginale, le problème de la démographie médicale qui va constituer l’un des futurs enjeux de notre système de santé.  Les dispositifs mis en place par la CNAMT ne sont pas assez attractifs – nous faisons preuve d’une certaine myopie sur la démographie médicale. La France manque toujours de médecins généralistes nous ne pouvons que constater suite à la publication de L’Atlas de la démographie médicale par le Conseil national de l’Ordre des médecins (Cnom).

Le nombre de généralistes a diminué de 8,4% entre 2007 et 2016. Cette chute inexorable et préoccupante devrait même se poursuivre jusqu’en 2025 et se traduire par la perte d’un médecin généraliste sur quatre sur la période 2007-2025.

La pénurie affecte aussi bien des territoires ruraux que des zones urbaines. Entre 2007 et 2016, tous les départements – Savoie (+1%) et Loire-Atlantique (0%) exceptées – ont enregistré une baisse de leur densité médicale.  Comment stopper cette hémorragie ?

Conclusion :

Les pistes envisagées par la CNAMTS semblent tenir compte des nouveaux enjeux sanitaires de notre pays, et ce malgré un ONDAM fortement contraint, nous en sommes pleinement conscients.

L’épidémie de maladies chroniques nous amène à raisonner en termes de pathologies en adoptant une analyse médicalisée des dépenses autour de celles-ci.

L’annualisation des dépenses de santé  par le biais des lois de financement de la sécurité sociale (LFSS) ne répond plus aux besoins sanitaires actuels. Les propositions de l’assurance-maladie s’étaler sur plusieurs années  pour viser à plus d’efficience, de cohérence et de pérennité.  

Les enveloppes par acteur dans la construction de l’objectif national des dépenses d’Assurance maladie (ONDAM) ne tiennent plus compte de l’évolution sanitaire de notre pays. Il est nécessaire d’adopter une approche par processus de soins en tenant compte de l’évolution des coûts de traitement de certaines pathologies.

Cette année, en tenant compte de ces éléments et devant l’ensemble des propositions, la CFTC émet un avis favorable au rapport sur l’évolution des charges et produits pour 2017.

Posted in Actualité, Informations CFTC, Positions CFTC | Réagir »

Encore un décès qui attriste la CFTC…

juillet 14th, 2016 by cftcchsa

Ce 12 juillet, nous avons perdu VANHOORICKX Annie, infirmière.

Elle était rentrée en 1976, une de nos anciennes.

annie.jpg

C’est avec beaucoup de peine que j’apprends son décès. Sincères condoléances à toute la famille.

JP DROMBOIS

Posted in Actualité, Informations CFTC, Positions CFTC | Réagir »

Deux petites vidéo pour mieux connaître la CFTC

juillet 12th, 2016 by cftcchsa

 Créée en 1919, le syndicat CFTC (Confédération Française des Travailleurs Chrétiens) compte plus de 135 000 adhérents en France dont beaucoup de salariés de TPE.

https://youtu.be/D5AFg7GlAC0

Ajoutée le 12 juin 2016

Joseph Thouvenel (Vice-Président CFTC) et les Veilleurs ont été agressés par “Nuit Debout”  à la place de la République. Il témoigne de cette violente agression qui lui a laissé un cocard, au micro de Claude Askolovitch sur I-TELE

https://youtu.be/GxppqiVnHxo

Deux petites vidéos à voir et écouter pour mieux connaître la CFTC !

 

Posted in Informations CFTC, Positions CFTC | Réagir »

135 GHT, 20 dérogations, quelques sursis et un premier boycott

juillet 11th, 2016 by cftcchsa

Ce 1er juillet, 135 groupements hospitaliers de territoire (GHT) sont nés. Si quelques établissements dérogent à la règle, principalement psychiatriques, l’ensemble est désormais à pied d’œuvre pour établir des projets médicaux partagés. Visualisation de cette reconfiguration du paysage hospitalier en cartographie.

La ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine, a officialisé le 5 juillet la création de 135 groupements hospitaliers de territoire (GHT). Ce nouveau mode de coopération entre les établissements publics de santé à l’échelle d’un territoire, qui a fait tant de bruit ces derniers mois, est “aujourd’hui une réalité“, estime-t-elle dans un communiqué. Les concertations entre plus de 850 hôpitaux publics, sous l’égide des ARS et en lien avec les élus des territoires et la FHF, ont abouti, selon la ministre, “à des regroupements d’établissements qui tiennent compte des réalités du terrain, territoire par territoire“.

Ainsi, les GHT affichent des périmètres très variables. De deux à vingt établissements les composent. Certains sont spécifiquement dédiés à la psychiatrie et à la santé mentale. Ils peuvent suivre les délimitations des départements ou au contraire dépasser les frontières entre deux régions, comme c’est le cas entre la Bourgogne-Franche-Comté et l’Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine avec le GHT Côte d’Or-Haute-Marne. Seule une poignée d’établissements a finalement obtenu une dérogation à l’obligation d’adhésion à un groupement. Et certains, en sursis, ont encore quelques mois pour se décider s’ils finaliseront leur démarche avec tel ou tel GHT.

Nord-Pas-de-Calais-Picardie : deux établissements psychiatriques font l’objet de dérogation, le CHI de Clermont (Oise) et l’EPSM de Prémontré (Aisne).

LE HAINAUT - CAMBRESIS :

Le  Valenciennois   La Sambre-Avesnois      Le Cambraisis

Fiches par secteur de psychiatrie adulte :

59G29 - Saint-Amand-les-Eaux
59G30 - Condé-sur-l’Escaut
59G31 - Anzin
59G32 - Valenciennes - Trith - Saint-Léger
59G33 - 59G34 - Denain
59G35 - 59G36 - Cambrai
59G37 - Caudry - Le Cateau
59G38 - Aulnoye - Le Quesnoy
59G39 - Maubeuge - Hautmont
59G40 - Jeumont
59G41 - Fourmies

Posted in Actualité, Informations CFTC | Réagir »

Organisation du développement professionnel continu des professionnels de santé

juillet 11th, 2016 by cftcchsa

Décret n° 2016-942 du 8 juillet 2016

Un décret précise les modalités de mise en œuvre par les professionnels de santé de leur obligation de développement professionnel continu (DPC) et acte la création de l’Agence nationale du DPC.

Pour le voir, cliquez ici…

Posted in Infos pratiques, Actualité, Informations CFTC | Réagir »

Augmentation de l’audience CFTC

juillet 9th, 2016 by cftcchsa

Entre le 23 juin 2016 et ce jour, c’est 269 ordinateurs supplémentaires (non connectés avant) qui se sont connectés sur notre site. SUPER, c’est ce que l’on recherchait, faire connaître nos idées, nos positions, notre esprit,…

Posted in Actualité, Informations CFTC, Tracts, Positions CFTC | Réagir »

CHSCT extraordinaire le 13 juillet 2016 à 9 heures :

juillet 8th, 2016 by cftcchsa

Les membres du CHSCT SUD :

Madame le Directeur,

Conformément à l’article L4614-10 du Code du Travail, les représentants CHSCT du syndicat SUD demandent une réunion extraordinaire relative à :

- présence d’amiante dans l’établissement,

- programme de travaux dans l’établissement (antérieurs, actuels et futurs) : risque de contamination pour le personnel et les usagers.

Signatures : CHOUKRI, GHALEM, HOT et SAINT JEAN (pas un pour remonter l’autre, même panier = commentaire CFTC)

POSITION CFTC :

La CFTC, vu les travaux en cours et le risque évoqué d’amiante au sol, a été voir aussitôt les services techniques. La CFTC a rencontré les responsables et nous avons pu discuter tranquillement de la situation. Les réponses  nous ont satisfaites, notamment les contrôles qui vont être réalisés. Si SUD passe dans votre service et dit : “vous voyez, il n’y a que nous qui se préoccupions de votre santé, pas la CFTC“, ne les croyez pas pas, ils sont encore pire que la CGT.

Toutefois ayant connaissance de ce qui va être réalisé (sécurisation des locaux), la CFTC a décidé de ne pas assister à ce CHSCT extraordinaire (danger grave et imminent !) qui nous le sentons, sera encore pour attaquer la Direction, les responsables techniques, la vie entière en précisant que ce sont les meilleurs du monde et que avec eux, cela n’aurait jamais arrivé…

Je viens de dire le texte à ma femme (bonne conseillère), elle m’a répondu “qu’ils travaillent ces SUDistes, au lieu d’emmerder le monde, SAINT JEAN, je le connais, il n’a jamais bossé mais m’a bien emmerder au téléphone lorsqu’il était soi-disant CFTC

Posted in Actualité, Informations CFTC, Tracts, CHSCT, Positions CFTC | Réagir »

Rapport de la Commission de déontologie

juillet 8th, 2016 by cftcchsa

La DGAFP vient de publier le rapport d’activité 2015 de la commission de déontologie de la fonction publique.

Déontologie
Un module de sensibilisation des fonctionnaires à la déontologie a été mis en ligne par le Ministère de la fonction publique :

http://www.fonction-publique.gouv.fr/module-de-sensibilisation-a-la-deontologie-0#xtor=ES-29-[Trajectoires_46]-20160411-[Actualités-%20module-de-sensibilisation-a-la-deontologie-0]

Ce module propose aux agents de tester leurs connaissances sur les enjeux de déontologie. Il donne une définition et illustre par des exemples concrets et des exercices de mises en situation les principes consacrés par le statut applicables à l’ensemble des agents publics.

Ce rapport est le neuvième présenté par la Commission de déontologie issue de la réforme introduite par la loi n° 2007-148 du 2 février 2007 et compétente pour les trois fonctions publiques.
La commission est saisie, dans certains cas à titre obligatoire, dans d’autres cas à titre facultatif, pour donner un avis sur le départ des agents publics vers le secteur privé. Elle se prononce en outre sur les déclarations des agents publics qui souhaitent cumuler leurs fonctions avec la création ou la reprise d’une entreprise privée, ou bien sur celles des dirigeants d’entreprise privée recrutés dans la fonction publique et souhaitant poursuivre leur activité. Elle donne enfin un avis sur les autorisations demandées par des chercheurs pour participer à la création ou aux activités d’entreprises valorisant les résultats de leurs travaux.
Le rapport comporte deux parties. La première traite du cas des agents des trois fonctions publiques cessant leurs fonctions ou bien demandant à exercer un cumul. La seconde concerne les avis sur la participation des chercheurs à la création d’entreprise ou aux activités des entreprises existantes. Chacune de ces parties comprend un bilan statistique et une analyse de jurisprudence.
En conclusion, la Commission formule des remarques afin de contribuer aux débats auxquels va donner lieu le projet de loi relatif à la déontologie et aux droits et obligations des fonctionnaires.

Posted in Actualité, Informations CFTC | Réagir »

« Posts précédents



Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 5835 articles | blog Gratuit | Abus?